COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Management

Influence

Paperjam Top 100: le classement 2020, de 41 à 50



Le nouveau numéro du magazine Paperjam est consacré à l’édition 2020 du Paperjam Top 100, le classement bisannuel des décideurs économiques d’influence au Luxembourg. Nous vous proposons de découvrir les personnalités classées entre les positions 41 et 50.

41 – Giovanni Giallombardo

Disposant d’une expérience dans le secteur financier au Luxem­bourg depuis 1984 (il a notamment dirigé Unicredit Luxembourg), Giovanni Giallombardo (65 ans) est devenu le président du conseil d’administration de Luxair en mai 2019 . Il y représente l’actionnaire Delfin, la holding luxembour­geoise de la famille Del Vecchio à la tête du groupe Essilor­Luxottica, leader mondial dans l’optique, où M. Giallombardo siège au conseil d’administration.

42 – Carine Feipel

Présidente de l’ILA (Institut luxembourgeois des administrateurs) depuis juin 2019 (succédant à Raymond Schadeck après son second mandat), elle est l’exemple incarné d’une vocation pour le métier d’administrateur, qui a pris une importance dans la gouvernance des entreprises depuis quelques années. Un rôle qui s’est professionnalisé et que Carine Feipel (50 ans) a choisi d’embrasser à plein temps en janvier 2014, après que cette avocate de formation (Université Libre de Bruxelles) a officié au sein du cabinet d’avocats Arendt & Medernach (à Luxembourg et à New York). Sa spécialisation dans le droit des assurances se reflète dans son portefeuille de mandats puisqu’elle siège comme administrateur indépendant au sein de différents conseils, notamment la Banque de Luxembourg, AIG Europe, CNP Luxembourg, deux entreprises d’assurances du groupe Swiss Re, Morgan Stanley Investment Funds et Fidelity Funds.

Carine Feipel milite aussi pour une plus grande diversité au sein des conseils d’administration, condition sine qua non pour comprendre et saisir les enjeux du monde actuel. «Je suis encore la seule femme dans certains conseils où je siège. Mais, globalement, le progrès est en marche, et il se remarque nettement. La sensibilisation doit se poursuivre, et l’impulsion doit venir des shareholders ainsi que des chairmen. Il revient aussi aux femmes de se mettre plus en avant. Nous devons aussi, via l’ILA ou dans les médias, montrer qu’il y a des femmes qui sont également disponibles pour ces responsabilités», déclarait-elle dans une interview livrée à Paperjam en mars 2020 .

43 – Camille Thommes

Représentant de la prin­cipale industrie de la Place, Camille Thommes est, depuis 2007, le directeur général de l’Alfi, qu’il représente d’ailleurs au sein du conseil d’administration de l’EFAMA. Auparavant, il était responsable du service des fonds d’investiss­ement de la Spuerkeess. Camille Thommes (59 ans) est aussi membre du conseil de la CSSF et du Haut Comité de la place financière.

44 – John Penning

John Penning est devenu le managing director de Luxempart en mars 2020. Il était déjà membre du comité exécutif de l’entreprise depuis plusieurs années et fait partie de la famille d’actionnaires principale. Il est aussi cofondateur de la société d’investis­sement Saphir Capital Partners et membre du conseil d’admini­stration de la holding de Luxaviation.

45 – Tom Oberweis

Le président de la Chambre des métiers qui dirige, avec son frère Jeff , la maison éponyme est un fervent supporter des centres de formation sectoriels, essentiels pour des métiers en panne de main-d’œuvre quand elle ne vient pas de l’étranger. Pour son entreprise, Tom Oberweis (56 ans) con­tinue de prôner une appro­che artisanale tout en industria­lisant les proces­sus et en tentant de nou­vel­les expériences, com­me la récente ouver­ture d’une boutique à Trèves .

46 – Colette Dierick

ING n’a plus de secrets pour Colette Dierick (60 ans), qui travaille au sein du groupe bancaire depuis 1984 – à l’époque, la BBL – dans divers postes, que ce soit dans la banque de détail, la banque privée, la banque de gros ou encore dans les opérations et l’informatique. Avant son arrivée en 2016 au Luxembourg en tant que CEO (succédant à Luc Verbeken ), elle était managing director et membre du comité exécutif d’ING Belgique en charge du retail et du private banking, des canaux digitaux et du marketing. Encourageant l’accès des fem­mes aux postes décisionnaires, elle est une des rares patronnes de banque de la place financière luxembourgeoise.

L’investissement dans le digital constitue logiquement une priorité dans son action au siège luxembourgeois. «Chez ING, nous savons que les clients n’ont pas besoin de banques, mais qu’ils ont besoin de services bancaires, déclarait-elle lors d’un 10x6 du Paperjam Club organisé en septembre 2020. C’est pourquoi nous avons développé une approche spécifique pour répondre aux besoins des clients, en s’inspirant de ce que les start-up proposent.»

Une manière «agile de travailler» qui a prévalu depuis le début de la crise, tant à l’égard des clients par la mise en place de moratoires que par l’organisation interne de la banque, qui a fait passer 85 % de l’effectif en télétravail en pleine pandémie pour continuer d’accompagner parti­cu­liers et entreprises en difficulté.

«Nous avons toujours eu une stratégie multi­canale, où nous disions que l’essentiel devait se faire de manière digitale. Eh bien, cela deviendra encore plus la réalité demain, résumait Colette Dierick en avril dernier. Parce que le digital sauve des vies. Avant, quand il y avait beaucoup de cash en agence, il y avait beaucoup de braquages. Ce n’est plus le cas depuis qu’on est passé au digital. Maintenant, c’est la même chose du point de vue de la santé.»

47 – Antoine Clasen

Il incarne la nouvelle géné­ration à la tête des Caves Bernard-Massard et, plus largement, dans le secteur viticole. En pleine crise qui met le secteur horeca – et l’esprit de fête – sous tension, Antoine Clasen (38 ans) peut sans nul doute compter sur les conseils de son père Hubert (président de l’entreprise), à qui il a succédé en 2016. Antoine Clasen préside également, depuis juin 2016, la Fédération luxem­bourgeoise des vins et spiritueux.

48 – Serge Krancenblum

De ses débuts par hasard en 1985 chez KBL à la sortie de ses études à la présidence du groupe IQ-EQ (anciennement SGG) présent sur quatre continents, Serge Krancenblum reste un des entrepreneurs charisma­tiques de la Place. À 59 ans, le Français préside aussi la société d’inter­médiation en assurance-vie internationale Gatsby & White, qu’il a cofondée en 2013. Il est également président de plusieurs associations profes­sion­nelles, dont la Luxem­bourg Association of Family Offices (LAFO).

49 – Flavio Becca

Multientrepreneur dans le sport (propriétaire du club F1 Dudelange) ou encore l’horeca, proche de certains milieux politiques, ce sont surtout ses affaires dans l’im­mobilier qui interpellent et intriguent le grand public. Administrateur délégué de Promobe Finance, acteur de la promotion immobilière au niveau national et international, Flavio Becca (58 ans) ne laisse jamais indifférent.

50 – Eric Lux

Fan de sport moteur, ce qui l’a conduit à investir dans la Formule 1 via Genii Capital (cofondée avec Gerard Lopez ), Eric Lux (53 ans) est avant tout un dévelop­peur de projets immo­biliers d’envergure au Luxembourg et à l’étranger. Son approche combine vision futuriste et développement durable. L’ambitieuse reconversion du site industriel de la «Rout Lëns», à Esch-sur-Alzette, illustre l’action du CEO d’Iko.

L’intégralité du classement du Paperjam Top 100, les biographies des lauréats et les interviews des 10 premiers sont à découvrir dans le magazine Paperjam, disponible en kiosque depuis le jeudi 17 décembre.