ENTREPRISES & STRATÉGIES — Immobilier

Réaffectation

Eric Lux fait renaître la «Lentille Rouge» à Esch



Eric Lux: «Dans le futur, tout le monde ne voudra pas forcément être propriétaire, mais recherchera des solutions, des services.» (Photo: Nader Ghavami)

Eric Lux: «Dans le futur, tout le monde ne voudra pas forcément être propriétaire, mais recherchera des solutions, des services.» (Photo: Nader Ghavami)

Un nouveau quartier de 3.000 habitants. «Durable», humain et connecté, le site désaffecté de la «Lentille Rouge» à Esch s’apprête à revivre sous l’impulsion du développeur Iko. Son patron, Eric Lux, partage sa vision au moment du lancement du processus participatif ce jeudi.

«C’est le projet le plus passionnant.» Eric Lux pourrait parler des heures de sa vision de la «Lentille Rouge», ou «Rout Lëns», le site industriel historique situé à Esch-sur-Alzette et qu’il va faire renaître avec son groupe de développement immobilier, Iko.

«Je me suis demandé comment je voudrais habiter si j’étais enfant, jeune, adulte… En considérant la mixité sociale, qui est essentielle au Luxembourg pour tirer les moins favorisés vers le haut, explique Eric Lux à Paperjam. Nous avons aussi intégré dans nos réflexions le coût du logement, qui est un vrai problème pour le développement futur du Luxembourg.»

Iko s’attaque avec ce projet à la conceptualisation d’un nouveau quartier de vie intégrant habitat, scolaire, loisirs, commerce de proximité. «Nous avons décidé que la notion de ‘sustainable’ ne serait pas qu’un mot, mais ferait partie de la stratégie. Nous avons décidé de l’intégrer tout en anticipant les besoins des futurs utilisateurs.»

Un patrimoine industriel

Sans occupation depuis une quarantaine d’années, le site de 10,5 hectares situé à 500 mètres de la gare centrale de la capitale du sud est propriété d’ArcelorMittal. Un lieu qui est aussi le symbole d’un passé sidérurgique florissant et qui ne devrait pas tout à fait perdre son caractère via la conservation de certains éléments ou bâtiments existants.

    

    

(Photo: Administration du cadastre et de la topographie)

Présenté ce jeudi après-midi à la presse, le projet est le fruit de la rencontre de plusieurs intérêts: le développeur Iko, ArcelorMittal – qui lui vendra progressivement les terrains au gré de l’avancée du projet – et, enfin, les autorités communales.

«En 18 mois, nous avons passé le 2e vote pour le changement du plan d’aménagement général (PAG) sans réclamation. Les gens sont derrière le projet», se réjouit Eric Lux.

Pour la commune, à qui 25% des terrains sont cédés, le vaste espace permettra d’accueillir une nouvelle école, qui sera d’ailleurs le premier bâtiment construit.

Un «smart» quartier

3.000 habitants sont annoncés avec une offre sociale dans chaque bloc et l’ambition de «mettre l’utilisateur au centre de la réflexion» avec notamment une piazza.

«Nous voulons réintroduire l’idée de voisinage ‘I care for my neighbour’. Ça sera un quartier ouvert», note Eric Lux, qui le conçoit aussi comme «smart», avec une technologie utilisée à bon escient.

Mais au commencement, l’ambition est de réduire au maximum l’empreinte carbone et de consacrer des efforts particuliers à la gestion de l’eau. La voiture sera quant à elle mise au second plan et le logement sera pensé comme un service, et non forcément un bien.

«Dans le futur, tout le monde ne voudra pas forcément être propriétaire, mais recherchera des solutions, des services, constate Eric Lux. Nous allons proposer notamment des vrais produits de location, bien dimensionnés, pour que le lieu soit un lieu de vie, et non de passage. Nous pensons aussi aux personnes de passage, au troisième âge, aux familles… Le succès ne pourra se mesurer que 20 ans plus tard, auprès des jeunes qui auront vécu depuis leur naissance dans le quartier. S’ils souhaitent continuer à y vivre, nous aurons réussi.»

Inspiration et participation

Développé en direct par Iko, cet ambitieux projet associera les citoyens à la démarche au travers de consultations citoyennes régulières.

«Nous avons débuté des consultations et nous allons écouter les gens pour remettre en question le programme au fur et à mesure de sa réalisation, phase par phase. Nous voulons que la population se l’approprie aussi et vienne ici», ajoute Eric Lux.

Inspirations en provenance de Vienne, Londres, Paris ou encore Copenhague, la «Lentille Rouge» doit réunir le meilleur de plusieurs mondes, selon son développeur. Entre un logement social de qualité, une évolution technologique nécessaire, le choix des matériaux et les espaces naturels.

Première étape des travaux, dont l’ensemble s’étendra sur une dizaine d’années: procéder à la dépollution du site. Une opération qui sera prise en charge par ArcelorMittal.