ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Nouveau point de vente

Oberweis s’exporte à Trèves



Oberweis veut se distinguer de la concurrence locale avec des petites pâtisseries mais aussi des macarons et des chocolats (Photo: Oberweis)

Oberweis veut se distinguer de la concurrence locale avec des petites pâtisseries mais aussi des macarons et des chocolats (Photo: Oberweis)

Oberweis a ouvert un point de vente sur la Hauptmarkt à Trèves cette semaine, une première en Grande Région pour l’entreprise familiale.

C’est dans le cœur historique de Trèves qu’Oberweis a ouvert son premier point de vente en dehors des frontières grand-ducales mercredi, a annoncé sur les réseaux sociaux son administrateur Tom Oberweis .

Et un simple regard à sa photo montre que les gourmands et autres curieux semblent au rendez-vous de cette nouvelle adresse au cœur de la cité romaine.

«Trèves, ça faisait longtemps que ça nous trottait dans la tête, mais on n’avait pas vraiment trouvé un local qui nous convenait», explique Tom Oberweis. Qui a finalement déniché un emplacement de 65m² situé sur la Hauptmarkt.

Une clientèle locale et frontalière est visée. Oberweis

Une clientèle locale et frontalière est visée. Oberweis

Doté d’un comptoir et de quelques produits en self-service, il comporte un petit salon de consommation d’une quinzaine de places. «Ce n’est pas le chiffre qui compte. Pour nous, ce qui compte, c’est d’être présents pour les clients et de ne pas les décevoir», souligne Tom Oberweis.

Quelques adaptations au marché allemand

Prévue initialement en avril, l’ouverture a été reportée à juillet suite à la crise sanitaire du coronavirus. Et après une journée d’activités, le pâtissier a déjà relevé les tendances: «On voit déjà que l’intérêt se porte plutôt sur la petite pâtisserie, les macarons et les produits de chocolat.» Il laisse donc la vente de bretzels et de pain à ses concurrents locaux.

Cette première incursion sur le marché allemand a nécessité l’embauche de quatre salariés et un travail de traduction des noms des produits, jusque-là dans la langue de Molière. «On a laissé certains noms français comme le croissant, mais il a fallu trouver des descriptions qui sont assez parlantes en langue allemande», illustre Tom Oberweis.

L’entrepreneur a aussi créé deux produits spéciaux pour cette nouvelle implantation avec une boîte qui représente la Porta Nigra et la cathédrale.

Outre les touristes, Oberweis peut compter sur la clientèle de frontaliers locaux mais aussi les visiteurs luxembourgeois toujours friands d’une journée de dépaysement et de shopping outre-Moselle.

Oberweis dispose de sept points de vente au Grand-Duché, tous situés dans la capitale et dans sa proche périphérie. Celui de la Cloche d’Or vient d’être transformé avec un nouveau décor, preuve s’il en est que le groupe continue à investir dans le contexte de la crise sanitaire. «Au début de l’année prochaine, on ouvrira un magasin dans le sud du pays», annonce Tom Oberweis.

Le groupe fondé en 1964 emploie 390 salariés, selon les données du Statec.