ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Covid-19

La grande distribution a surperformé en 2020



La fermeture des commerces jugés non essentiels et celle de l’horeca semblent avoir fait les affaires de la grande distribution au Luxembourg: ses ventes ont bondi de 9,2% en 2020, contre 4,6% dans l’ensemble de la zone euro. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

La fermeture des commerces jugés non essentiels et celle de l’horeca semblent avoir fait les affaires de la grande distribution au Luxembourg: ses ventes ont bondi de 9,2% en 2020, contre 4,6% dans l’ensemble de la zone euro. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Épargnée par les confinements, la grande distribution a vu son chiffre d’affaires bondir de 9,2% en valeur au terme de l’année 2020 au Luxembourg.

Qui ne se souvient pas des rayons dévastés dans les supermarchés à l’entame du confinement de mars 2020 au Luxembourg? Outre nos mémoires, le phénomène a laissé des traces dans la comptabilité des enseignes: leur chiffre d’affaires a crû de 9,2% en valeur l’an dernier au Luxembourg, contre une hausse de 2% observée un an plus tôt, indique le ministre des Classes moyennes Lex Delles (DP) dans une réponse aux parlementaires Mars Di Bartolomeo (LSAP) et Tess Burton (LSAP).

Le deuxième confinement , bien que bref, mais couplé à la fermeture des établissements horeca jusqu’au printemps , a également laissé des traces, puisque les ventes de la grande distribution ont gonflé de 7,8% au premier trimestre de cette année, selon des chiffres compilés d’Eurostat et du Statec.

Dans la zone euro aussi, la grande distribution a vu ses ventes progresser, mais de manière moins prononcée qu’au Grand-Duché, puisque la hausse enregistrée des ventes a atteint 4,6% pour l’année 2020 et 2,5% au premier trimestre 2021.

Un effet de rattrapage pour certains

Mais si la grande distribution a tiré son épingle du jeu, ce n’est pas le cas de l’ensemble des commerçants. Les détaillants de carburant, par exemple, ont accusé une chute des ventes de 15,7% sur l’année 2020. Les volumes écoulés ont été inférieurs à ceux observés un an plus tôt, et cela, tout au long de l’année.

D’autres secteurs ont connu un effet de rattrapage lors de la réouverture, comme les enseignes d’équipements audiovisuels et informatiques, dont les ventes sont montées de plus de 14% au second semestre, permettant d’effacer un premier semestre en berne. Sur l’ensemble de l’année, leur chiffre d’affaires s’est apprécié de 4%, montrent des données de l’Administration de l’enregistrement et du Statec.