POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

covid-19

Les commerces non essentiels fermés dès le 26 décembre



Il faut un coup de frein à main, a affirmé le Premier ministre Xavier Bettel. (Photo: Matic Zorman / Maison Moderne)

Il faut un coup de frein à main, a affirmé le Premier ministre Xavier Bettel. (Photo: Matic Zorman / Maison Moderne)

Le gouvernement luxembourgeois a décidé de nouvelles mesures pour faire baisser le nombre de nouvelles infections quotidiennes au Covid-19. Les commerces non essentiels vont devoir fermer dès le 26 décembre. La rentrée des classes n’aura pas lieu le 4 janvier.

C’était devenu inévitable: même si les chiffres des infections quotidiennes au Covid-19 restent stables et que, comme l’a souligné le Premier ministre Xavier Bettel (DP), «les effets des mesures mises en place commencent à se faire sentir», ils restent trop élevés. Paulette Lenert (LSAP), ministre de la Santé, confirme que les chiffres vont vers le bas.

Mais, et cela même si les limites ne sont pas atteintes dans les hôpitaux, le risque est de voir les services de santé submergés, notamment si d’autres maladies hivernales frappent à leur tour. «Il n’y a pas de stress dans les hôpitaux, mais il nous faut une marge de sécurité. Et une marge plus importante qu’actuellement», note Xavier Bettel.

Pour cela, il faut que le nombre des infections par jour – 438 la semaine passée – soit divisé par deux. La seule solution est de réduire les contacts sociaux. Dans une période de fêtes où les gens ont envie de se rassembler, il faut des mesures fermes et «un coup de frein à main».

Le gouvernement a donc décidé qu’à partir du 26 décembre:

- le télétravail doit être renforcé partout où cela est possible, le travail in situ réduit au maximum. Une nouvelle note ministérielle répétant cette décision sera envoyée sous peu dans les entreprises;

- le couvre-feu est porté de 23h à 21h, et durera jusque 6h;

- les commerces ne pourront vendre que les produits essentiels, c’est-à-dire l’alimentaire principalement, mais aussi les produits pharmaceutiques, d’hygiène, le carburant, nourriture pour animaux, tabac... Les exceptions seront détaillées dans la loi, comme lors de la précédente fermeture ;

- la vente via le click & collect reste autorisée;

- la date des soldes va être déplacée, en accord avec la Confédération luxembourgeoise du commerce;

- la vente d’alcool est interdite dans les lieux publics;

- les écoles resteront fermées une semaine de plus au-delà du 4 janvier. Le congé familial sera aménagé en conséquence;

Pour la ministre de la Santé, l’ambition doit être de repartir du bon pied au mois de janvier. (Photo; Matic Zorman/Maison Moderne)

Pour la ministre de la Santé, l’ambition doit être de repartir du bon pied au mois de janvier. (Photo; Matic Zorman/Maison Moderne)

- seul le sport au niveau privé sera encore possible. Les infrastructures extérieures vont être fermées;

- toutes les activités parascolaires sont supprimées;

- les délais pour les déclarations fiscales sont prolongés.

«Le but est de pouvoir reprendre un bon départ en janvier», a terminé Paulette Lenert.

Toutes ces mesures seront d’application jusqu’au 10 janvier au moins. Elles devraient être votées dès vendredi.

Toutes celles qui ont été votées précédemment et valables jusqu’au 15 janvier restent d’application.

En cas d’infraction aux règles, l’amende de 145 euros est portée à 300 euros.

La vaccination dès le 28 décembre

L’Agence européenne des médicaments ayant donné son feu vert au vaccin Pfizer-BioNTech, selon les informations reçues par le gouvernement, la vaccination pourra, selon le Premier ministre, commencer «dès le 28 décembre, puis le 29, et seront concernés les membres du personnel médical. Dès le 30, on commencera à vacciner dans les maisons de soins.»

Les premières vaccinations auront lieu à la Halle Victor Hugo de Luxembourg.