POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

son programme national

«Sleepy Joe» veut passer à l’action, et vite



Joe Biden va sans doute imposer le port du masque dans les bâtiments fédéraux et lors de certains voyages. (Phoro: Shutterstock)

Joe Biden va sans doute imposer le port du masque dans les bâtiments fédéraux et lors de certains voyages. (Phoro: Shutterstock)

Joe Biden, surnommé «Sleepy Joe» par son rival Donald Trump, sera donc le 46e président des États-Unis. Il a d’ores et déjà annoncé ne pas vouloir tarder à mettre en oeuvre son copieux programme national.

Le mandat de président des USA est de quatre ans. Un laps de temps ultra-court pour planifier et mettre en œuvre des réformes. Vieux routinier de la politique américaine , Joe Biden, qui sera le prochain président du pays, le sait. Il ne compte donc pas traîner pour mettre con copieux programme en pratique, d’autant qu’il se limitera sans doute à assumer un seul mandat.

Crise sanitaire, crise économique, crise environnementale

Première urgence: la crise sanitaire. Biden a souvent et fermement critiqué l’inaction de Trump face au Covid-19. Or, le virus fait des ravages dans le pays: près de 237.000 morts et 9,8 millions de personnes contaminées, dont 122.000 nouveaux cas samedi, un record. Joe Biden veut mettre en place une task force d’experts, qui entrera en action dès le 20 janvier, jour de son investiture. «Je veux ôter les muselières de nos experts pour que le public ait les informations qu’il mérite et dont il a besoin», a-t-il dit. Le futur président veut aussi que le Congrès vote une campagne de dépistage massif dans le pays. Il faudra aussi fabriquer aux USA le matériel sanitaire nécessaire, imposer le port du masque en plusieurs endroits, offrir la gratuité du vaccin…

Lancée en juillet, la procédure de retrait de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pourrait être annulée.

Seconde priorité: la relance économique. Biden veut mobiliser 700 milliards de dollars pour cela. Le financement viendra de taxes à l’égard des plus riches et de certaines entreprises, notamment celles qui réalisent des bénéfices hors des USA.

Le futur président croit aussi beaucoup dans les énergies renouvelables: éolien, électrique… Qui sont sa troisième priorité. Il souhaite des investissements massifs dans ces secteurs potentiellement créateurs d’emplois bien payés. Les USA pourraient aussi revenir dans les accords de Paris, un désengagement annoncé en 2017 , et officiel depuis le 4 novembre dernier.

D’autres réformes sont encore attendues très vite. Ainsi, Biden veut mettre en place une commission de réforme de la justice qui devra rendre des conclusions dans les 180 jours qui suivront son entrée à la Maison Blanche.

L’Obamacare deviendra Bidencare

Détricoté par Trump, l’Obamacare deviendra un Bidencare, proposant à chaque Américain de faire le choix entre une couverture santé privée ou publique.

Joe Biden veut aussi tendre la main aux 11 millions de personnes en séjour illégal sur le sol américain en «proposant un chemin vers la citoyenneté».

L’immigration sera aussi un sujet brûlant. D’ores et déjà, le futur président a indiqué qu’il s’opposerait à la séparation des familles à la frontière, notamment des parents et des enfants. «C’est criminel», a-t-il encore dit lors de son premiers discours après la confirmation de sa victoire.

Un ambitieux programme, qui complète celui envisagé à l’international, auquel il veut donner des impulsions décisives dès les 100 premiers jours de son mandat.