POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Présidentielle américaine

Joe Biden élu 46e président des États-Unis



Joe Biden va succéder à Donald Trump. (Photo: Shutterstock)

Joe Biden va succéder à Donald Trump. (Photo: Shutterstock)

C’est désormais officiel pour les médias américains: le candidat démocrate Joe Biden a battu le président sortant, Donald Trump, dans la course à la Maison-Blanche.

Il était un peu moins de 17h30 ce samedi lorsque, de concert, les médias américains ont annoncé la victoire de Joe Biden. L’agence Associated Press, CNN, The New York Times, Fox News, les réseaux ABC, CBS ou NBC sont unanimes: l’État de Pennsylvanie a définitivement viré au bleu, la couleur du parti démocrate. Avec 20 grands électeurs supplémentaires, Joe Biden a dépassé dans toutes les projections le seuil des 270 grands électeurs nécessaires pour obtenir la présidence.

Joseph Robinette Biden Jr, dit Joe Biden, sera donc prochain locataire de la Maison-Blanche et succédera au Républicain Donald Trump. Sa colistière, Kamala Harris, deviendra elle la première femme à occuper la vice-présidence. Cette élection, sous haute tension , a joué les prolongations jusqu’à ce samedi, 4 jours après l’Election Day, alors que les résultats étaient longtemps restés incertains, et le demeureront peut-être encore plusieurs jours dans plusieurs États clés comme la Géorgie ou l’Arizona, tant l’écart y est infime entre les deux hommes.

Ce scénario, s’il s’est éternisé, se dessinait depuis que les états du Wisconsin et du Michigan, remportés par Trump en 2016, avaient basculé dans le camp démocrate mercredi soir. Les yeux étaient donc depuis tournés vers les six derniers états indécis. L’Alaska, où il reste de très nombreux bulletins à dépouiller, semblait acquis à Trump, de même que la Caroline du Nord, avec un écart toutefois plus resserré.

Tout devait donc se jouer dans l’Arizona, le Nevada, en Pennsylvanie et en Géorgie. Partout, Joe Biden fait la course en tête. En Pennsylvanie, plus qu’ailleurs, l’écart ne cessait de croître pour atteindre ce samedi plus de 34.000 voix d’écart, en faveur de Biden. Une avance jugée confortable par les médias américains qui ont donc mis fin au suspense cet après-midi.

Optimiste et confiant, le prochain président américain avait pris la parole brièvement dans la nuit de jeudi à vendredi pour appeler ses troupes à la patience, tout en indiquant qu’il n’avait «aucun doute» quant au fait qu’il serait déclaré vainqueur. 24 heures plus tard, il tenait un discours au ton victorieux et rassembleur: «Les chiffres sont clairs: nous allons gagner cette élection.»

De son côté, et alors qu’ il avait lui-même revendiqué sa victoire dans la nuit de mardi à mercredi , Donald Trump s’est également exprimé pour dénoncer une «interférence jamais vue dans une élection», n’excluant pas de saisir la Cour suprême. Ce samedi, quelques minutes après l’annonce du succès démocrate, le Républicain a dit ne pas reconnaître la victoire de son rival dans un communiqué, promettant de déposer tous les recours possibles devant la justice. Après la bataille dans les bureaux de vote, l’élection présidentielle se poursuivra donc dans les tribunaux.