COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Management

Inffluence

Paperjam Top 100: le classement 2020, de 21 à 30



Le nouveau numéro du magazine Paperjam est consacré à l’édition 2020 du Paperjam Top 100, le classement bisannuel des décideurs économiques d’influence au Luxembourg. Nous vous proposons de découvrir les personnalités classées entre les positions 21 et 30.

21 – René Winkin

Directeur de la Fedil depuis janvier 2016, René Winkin a formé et forme des duos complémentaires avec les présidents successifs, Nicolas Buck  ( n°3 du Top 100 ) et Michèle Detaille  ( n°1 du classement ). Homme de dossiers, il n’hésite pas à débattre avec les politiques pour défendre l’avenir d’une industrie souvent vilipendée pour des raisons environnementales et pourtant indispensable pour le pays.

22 – Corinne Lamesch

Discrète sur la scène publique et médiatique, la présidente de l’Alfi depuis juin 2019 n’en est pas moins très impliquée dans les dossiers du secteur qui a fait la réputation mondiale de la place financière luxembour­geoise. Active dans le domaine des fonds depuis plus de 20 ans, Corinne Lamesch (49 ans) dirige aussi Fidelity International à Luxembourg depuis 2017.

23 – Marc Lauer

Succéder en 2014 à François Tesch en tant que CEO de Foyer était une gageure. Mais Marc Lauer (55 ans) a réussi le pari d’engager durablement le groupe familial d’assurances dans la voie de la transformation et de la digitalisation des métiers. Une approche d’intrapreneur pour celui qui avait quitté le Commissariat aux assurances en 2004 pour Foyer.

24 – Carole Muller

Elle fait sans conteste partie des visages forts parmi les jeunes générations issues des entreprises familiales. Assumant l’héritage du groupe plus que centenaire, Carole Muller (40 ans) y imprime aussi sa marque depuis qu’elle a repris la direction de Fischer en 2014.

Arborant un leadership moderne, elle est au four et au moulin pour gérer l’entreprise depuis le début d’une crise qui remet en avant certaines valeurs dans la consommation: «Les gens se rendent compte que consommer local a une importance. On voit de plus en plus de gens sur les réseaux sociaux qui appellent à soutenir les commerçants locaux. C’est une bonne chose. Pour nous, le local est logique, mais cette crise aura peut-être rappelé aux gens à quel point le local, le régional, ont une importance. Mais il faut que ça reste», résumait-elle lors d’une interview livrée à Paperjam en avril dernier .

25 – Christophe Goossens

De la prise en main des nouvelles installations au Kirchberg à la montée en puissance continue des canaux digitaux, Christophe Goossens poursuit la transformation des chaînes luxembour­geoises de RTL. À 43 ans, celui qui a succédé en 2017 à Alain Berwick a aussi pris du galon au sein du groupe RTL, siégeant aussi dans les structures en Belgique.

26 – Christianne Wickler

Ce n’est pas une crise qui va entamer l’enthou­sia­sme de cette entrepre­neuse née. Active dans le giron du groupe familial Pall Center depuis 1982, Christianne Wickler (60 ans) en a fait un business case exemplaire pour ceux qui veulent développer un modèle alternatif dans la grande distribution. La militante du développement durable, des circuits courts et de la diversité en entreprise vient de lancer une nouvelle enseigne résumant son approche: emma’s .

27 – Romain Poulles

Il est devenu une figure de proue de l’économie circulaire au Luxembourg via le projet immobilier Solarwind, ainsi que l’Ecoparc Windhof et le Luxembourg Center for Circular Economy. Romain Poulles (51 ans) n’a de cesse de plaider pour une autre approche écono­mique, à la croisée du progrès technologique et du développement durable. À 51 ans, il est justement devenu en mai dernier le président du Conseil supérieur pour un développement durable.

28 – Luc Frieden

S’il s’est mis en retrait de la politique partisane après une longue carrière, qui l’a notamment vu occuper les fonctions de ministre du Trésor et du Budget (1998-2009), de la Justice (1998-2009) et des Finances (2009-2013), Luc Frieden (57 ans) reste en prise directe avec la chose publique. La présidence de la Chambre de commerce qu’il exerce depuis avril 2019 (succédant à Michel Wurth ) offre à l’ancien ministre CSV une tribune idéale pour contribuer au débat sur l’évolution du pays.

«Il faut constamment revoir si nous faisons suffisamment en termes de simplification administrative, en termes de rapidité dans nos décisions, déclarait-il lors d’un entretien à Paperjam en octobre dernier. L’incident très malheureux de Fage (abandon par l’investisseur d’un projet d’usine de yaourt à Bettembourg, ndlr) a montré que, indépendamment de la décision qui fut prise par l’investisseur, le drame est de ne pas disposer de critères clairs et que cela ait duré six ans.» Et d’ajouter: «Il faut un vrai débat entre les forces politiques et économiques pour savoir ce que nous voulons faire au Luxembourg. C’est la question du Luxembourg de 2030.»

Mobilisé depuis le début de la crise pour soutenir les entreprises, il est aussi un président actif à la Banque internationale à Luxembourg (BIL), en plus d’être partner au sein du cabinet d’avocats Elvinger Hoss Prussen (EHP). Il a également été vice-président du groupe Deutsche Bank à Londres (2014-2015) et président du conseil d’administration du groupe Saint-Paul (2016-2019).

29 – Jean-Jacques Rommes

Celui qui a défendu âprement les intérêts du patronat à l’ABBL puis à l’UEL par le passé redonne depuis deux ans des couleurs à cet organe important pour le dialogue social qu’est le CES, dont il assure la présidence jusqu’en 2021. Jean-Jacques Rommes (63 ans) aura notam­ment réussi à faire de l’enjeu de la pratique du télétravail un sujet de consensus. Ce dernier a été matérialisé par la signature d’une convention avec les syndicats et le patronat en septembre dernier .

30 – Romain Wolff

Les sorties médiatiques du prési­dent de la CGFP et de la Cham­bre des fonc­tionnaires et employés publics ne laissent jamais indifférent, tant du côté patronal que politique. De la défense de la fonction publique à la justice sociale en passant par les problématiques du marché immobilier, Romain Wolff (59 ans) sait qu’il peut compter sur une base syndicale forte pour influer sur les enjeux de notre société.

L’intégralité du classement du Paperjam Top 100, les biographies des lauréats et les interviews des 10 premiers sont à découvrir dans le magazine Paperjam, disponible en kiosque depuis le jeudi 17 décembre.