POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

entre convivialité et messages politiques

Les partis retrouvent leurs troupes pour les bons vœux



297882.jpg

Djuna Bernard (Déi Gréng), Christian Kmiotek (Déi Gréng), Corinne Cahen (DP) et Frank Engel (CSV) adresseront leurs vœux aux membres de leur parti ce jeudi soir. (Photo: Maison Moderne/Montage: Maison Moderne)

Les différents partis vont inviter prochainement leurs membres à leur traditionnel «pot de Nouvel An». Déi Gréng, le CSV et le DP ouvrent le bal ce jeudi soir. Un moment de convivialité qui est aussi l’occasion de faire passer des messages plus politiques.

Le «pot de Nouvel An» des partis politiques est une véritable tradition, tant au niveau national que dans les sections locales.

Cette année, Déi Gréng, le DP et le CSV invitent leurs membres le même soir, ce jeudi. L’ADR et Déi Lénk ont inscrit ce moment à leur agenda de la semaine prochaine. Tandis que le LSAP attendra le 29 janvier pour réunir ses troupes.

Seul le Piratepartei, une fois n’est pas coutume, fera l’impasse. Mais il est vrai qu’il a tout récemment célébré ses 10 ans  lors d’un banquet sur la Moselle, et il ne souhaite sans doute pas multiplier les agapes.

Déi Gréng n’éludera aucun sujet

Histoire d’être totalement à leur aise, c’est souvent dans un endroit déjà connu que les membres des partis sont conviés. Ainsi, Déi Gréng se réunira en soirée aux Rotondes. «C’est un endroit où on se voit souvent», indique la coprésidente  Djuna Bernard , qui vivra là sa première cérémonie dans cette fonction. 

Pour débuter la soirée, les Verts proposeront «un ‘meet and greet’ en faveur de nos nouveaux membres, qui auront donc l’occasion de rencontrer les élus, les ministres… C’est aussi l’occasion de leur expliquer le fonctionnement du parti.» La convivialité primera, donc. «C’est un moment chaleureux. Même si le parti ne cesse de grandir, nous nous connaissons tous, ou presque. Mais c’est un plaisir de se revoir», indique la coprésidente.

Évidemment, un message plus politique sera aussi envoyé. «Nous allons faire le bilan de cette année 2019, qui aura été mitigée, en tout cas très forte sur le plan émotionnel. Je pense que c’est très important pour renforcer l’esprit d’équipe», souligne Djuna Bernard. Qui confirme qu’il sera évidemment question de  Felix Braz  et  de son accident de santé , mais aussi que les sujets épineux ne seront pas évités: «En effet, on évoquera  l’affaire Traversiniles attaques à l’encontre de   Carole Dieschbourgles fichiers de la police … Il n’y a aucune raison d’éluder ces sujets. Ce que nous voulons, c’est justement que cela nous serve, nous rende plus forts.»

Quant à l’année qui débute, Djuna Bernard et  Christian Kmiotek , son coprésident, l’évoqueront également. «Mais plus qu’une nouvelle année, on va surtout évoquer le fait que c’est une nouvelle ère qui débute: celle au cours de laquelle le changement climatique doit être une priorité, des mesures fortes, prises,  comme cela l’est dans le Plan climat

Une année difficile sur le plan humain pour le DP

Presque en même temps, le DP mènera le même exercice au Melusina. L’an dernier, la réception avait affiché complet, dans la foulée d’élections législatives parfaitement bien négociées par un DP qui renouvelait sa coalition avec Déi Gréng et le LSAP, et offrait un nouveau mandat de Premier ministre à  Xavier Bettel

Le ton sera sans doute plus grave cette année de la part de la présidente Corine Cahen«difficile sur le plan humain», comme l’a déjà expliqué le Premier ministre . Mais nul doute qu’il sera aussi question des grands chantiers de 2020:  réforme fiscalelibéralisation de la consommation de cannabismodernisation de la Constitution

Un CSV qui veut se faire entendre

Le CSV sera, de son côté, regroupé dans le fief de Niederanven. «Traditionnellement, au CSV, ce pot de Nouvel An est plus dédié à la convivialité qu’à la politique», confie le président  Frank Engel , qui vivra lui aussi une première dans cette fonction. 

Mais chassez le naturel et il revient au galop. «Je pense que ce sera tout de même le moment pour réaffirmer que notre année 2019 aura été bien plus riche en propositions que ce qui est souvent dit», avance-t-il.

Frank Engel en a clairement assez que «le CSV soit présenté comme un parti de simple opposition, alors que nous sommes une force de proposition. Il est réellement dommage que nos initiatives dans de nombreux domaines ne soient pas plus relayées vers le public par des médias qui ne veulent pas voir la réalité, alors que les choses sont claires.»

Des médias qui, oublie un rien Frank Engel, chaque semaine sont ensevelis sous les questions parlementaires, conférences de presse, propositions et autres interventions d’un CSV pour qui tout fait farine au moulin, parfois dans un certain désordre. Et qu’il est sans doute un peu facile de taxer de partialité simplement car ils ne veulent et ne peuvent être la caisse de résonance du moindre projet d’initiative de son parti.

Mais il n’en démordra pas: «Je trouverais honorable d’avoir plus de visibilité alors qu’on fait tout de même mieux avec une petite équipe qu’un gouvernement pléthorique aidé par une armée de fonctionnaires.»