POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

revue de presse

La grande révision de la Constitution est morte



Une révision de la Constitution nécessite une majorité des deux tiers à la Chambre. (Photo: Maison Moderne/Archives)

Une révision de la Constitution nécessite une majorité des deux tiers à la Chambre. (Photo: Maison Moderne/Archives)

Il n’y aura pas de grande réforme de la Constitution, mais seulement des ajustements au texte de 1868. C’est ce qui a été décidé en commission de la Chambre mardi.

Le grand projet de révision de la Constitution datant de 1868 a été mis au placard. C’est ce que relatent notamment nos confrères du Wort. Le texte fondamental ne sera modifié qu’au niveau d’une trentaine de points qui font consensus entre le LSAP, le DP, Déi Gréng et le CSV. Une majorité des deux tiers à la Chambre étant nécessaire pour modifier la Constitution.

Le travail réalisé par Paul-Henri Meyers (CSV) n’aura donc servi à rien ou presque. Le risque était en effet grand d’assister à un blocage total. Pour rappel, alors que  le CSV avait approuvé le rapport sur les modifications en 2018,  il avait  fait volte-face voici quelques mois .

En plusieurs étapes

Des réunions très discrètes entre les partis ont donc permis de dégager une voie de sortie afin que la  Constitution soit modernisée au cours de cette législature . «Je pense qu’il est plus logique de mettre en œuvre la réforme en plusieurs étapes», a concédé  Alex Bodry  (LSAP), président de la commission des institutions et de la réforme constitutionnelle. La crainte d’assister à un nouvel enlisement et à un échec total était trop grande.

Évidemment, la grande campagne d’information qui devait avoir lieu n’est plus non plus à l’ordre du jour.