ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Enjeux

Les recettes gagnantes du commerce



283478.png

Un marché luxembourgeois cosmopolite où il faut allier traditions locales et offrir des repères aux expatriés. (Illustration: Maison Moderne)

À l’image du pays, le commerce donne l’impression d’une croissance infinie depuis 20 ans. Des centres commerciaux aux plus petites surfaces, les ouvertures effrénées signifient-elles pour autant que le potentiel est illimité? Paperjam dresse les enjeux d’un secteur à la fois dépendant et vital pour l’économie.

Luxembourg, capitale commerciale de la Grande Région? L’ambition lancée en 2007 par le gouvernement et la CLC a vécu, mais l’idée reste: celle de disposer de phares commerciaux capables de retenir le frontalier après ses heures de travail et d’attirer le client qui habite en France, en Belgique et en Allemagne.

Les mastodontes du secteur sont à la manœuvre autour de deux axes de travail: proximité et mixité.

Sur la carte des grands centres commerciaux

De l'autre côté des frontières, les autorités locales n’ont pas attendu que Royal-Hamilius et Cloche d’Or arrivent ou, plus loin dans le temps, que les extensions de la Belle Étoile et du City Concorde à Bertrange sortent de terre pour tenter leur chance sur ce vaste territoire de chalandise.

Dans ce bassin commercial transfrontalier, le développement s’est effectué autour des principaux axes routiers et des villes majeures. Quitte à flirter avec la saturation?

Luxembourg, un cas unique en Europe

Qui seront les gagnants dans quelques années? Verra-t-on certains centres fermer leurs portes? Les équilibres sont parfois fragiles et les flux de clientèle dépendent de plusieurs facteurs, dont l’offre, le prix et l’accès aux infrastructures.

Dans un Luxembourg qui apparait comme un cas unique en Europe et sa périphérie marquée quotidiennement par des problèmes de mobilité, le client veut optimiser son temps de trajet, voire acheter au plus proche de son habitation ou de son bureau.

Retour du local, percée d’une nourriture plus saine avec le bio , redéfinition des centres commerciaux comme des lieux «lifestyle» ou de loisirs en plus de la fonction classique de vente… Les pro­fessionnels de la grande distri­bution doivent s’adapter aux demandes d’une population luxembourgeoise en hausse constante et tenir compte des tendances internationales. Les «hard» ou «soft» discounteurs ont, eux aussi, flairé le bon filon en s’adaptant pour proposer un «hard-discount à la luxembourgeoise.»

Quant à la CLC, elle planche avec plusieurs communes sur une redynamisation adaptée de leur mix commercial.

Les deux visages de la vente en ligne

Un marché luxembourgeois qui présente un pouvoir d’achat élevé, mais qui se retrouve sous tension en raison du prix du logement. Un marché cosmopolite où il faut allier traditions locales et offrir des repères aux expatriés.

Un marché où l’e-commerce présente deux visages, dont un qui reste à construire pour de nombreuses enseignes.

Présenté comme un eldorado économique, le Grand-Duché n’en reste pas moins une terre commerciale concurrentielle où les investissements à réaliser sur plusieurs canaux ne sont pas discutables. À chacun de trouver le bon mix dans une recette qui peut s’avérer gagnante comme l’indique Lex Delles (DP), ministre des Classes moyennes dans une carte blanche livrée à Paperjam.

À condition de mélanger les bons ingrédients.