ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Sortie de crise

Le plan de déconfinement des dix plus grands employeurs



Post, les CFL ou encore Luxair n’ont pas prévu de date de retour au travail pour leurs salariés, en home office pour l'instant. (Illustration et photos: Maison Moderne)

Post, les CFL ou encore Luxair n’ont pas prévu de date de retour au travail pour leurs salariés, en home office pour l'instant. (Illustration et photos: Maison Moderne)

Les dix entreprises qui emploient le plus de personnes dans le pays n’ont pas toutes défini leur plan de retour au bureau pour le moment. Beaucoup prévoient de prolonger autant que possible le télétravail. D’autres pensent à des horaires décalés ou à des bureaux séparés afin de respecter les distances de sécurité.

Le gouvernement a enclenché la première phase de sortie de confinement lundi 20 avril, en rouvrant les chantiers et magasins de bricolage . La seconde devrait débuter le 4 mai , avec un retour à l’école . Les entreprises se préparent elles aussi à une reprise progressive. Nous avons interrogé les dix plus gros employeurs du pays – selon les derniers chiffres du Statec, effectifs au 1er janvier 2019 – sur leurs plans de retour au travail.

Post Luxembourg

Les collaborateurs de Post Luxembourg ont continué de distribuer courrier et colis pendant cette crise. L’entreprise assure «compter sur des effectifs suffisants pour assurer les services habituels». Elle indique qu’entre 90 et 95% des employés des services administratifs ont opté pour le télétravail. Une piste qu’elle souhaite continuer à creuser après la crise, selon Claude Olinger, directeur des ressources humaines: «L’une des possibles pistes de réflexion pourrait être celle de proposer aux employés du call center de faire du télétravail, en particulier pour les horaires de nuit ou de week-end, éventualité que nous n’avions pas envisagée jusqu’à présent.» L’entreprise n’en dévoile pas plus sur un éventuel plan de retour au bureau.

Les CFL 

Le Covid-19 a mis un coup de frein à l’offre de transports du groupe CFL, adaptée en fonction. Résultat: 20% des salariés travaillent depuis chez eux, et moins de 2% ont été mis au chômage partiel.

La société nationale des chemins de fer luxembourgeois prévoit un nouveau plan de circulation d’ici le 4 mai. «Nous suivons cependant les évolutions au jour le jour et adaptons notre organisation et nos services tant à la situation sanitaire qu’aux besoins de nos clients, et ce activité par activité», déclare l’entreprise.

Quand les passagers se feront plus nombreux, «nous avons réitéré toutes les consignes de prévention et d’hygiène afin de protéger le personnel CFL. Des moyens de désinfection, ainsi que des masques ou des gants sont mis à disposition de tout le personnel. Les postes de travail sont systématiquement désinfectés, du Plexiglas est prévu pour les bureaux non individuels, des lingettes de désinfection sont mises à disposition du personnel, une occupation réduite de bureaux et des salles est préconisée.»

Concernant le télétravail, «les CFL attendent les dispositions durables du gouvernement en la matière, mais à ce stade, les salariés concernés peuvent rester en télétravail».

Cactus 

Même si ses caissiers sont toujours en première ligne dans cette crise, une partie du personnel administratif de Cactus a été mise en télétravail, dont la part reste confidentielle. Cela devrait bientôt changer: «À partir du 11 mai, nous allons progressivement mettre fin au télétravail, et les employés de bureau pourront revenir à leur poste habituel. Seules les personnes à risque resteront en télétravail jusqu’au mois de juin, et plus si nécessaire», déclare le groupe de grande distribution.

Toutes les réunions restent suspendues jusqu’à juin. Les salles dédiées serviront de bureaux aux collaborateurs, de manière à respecter les distances de sécurité. «Nous veillerons, dans la mesure du possible, à ce qu’il y ait au maximum deux personnes par bureau et que les postes de travail soient écartés de deux mètres minimum. En outre, les postes de travail seront séparés par des parois en Plexiglas», précise Cactus. Il ajoute: «Le chef d’un service peut, en concertation avec son équipe, mettre en place une rotation de l’effectif ou prolonger le télétravail de l’un ou l’autre collaborateur.»

Dussmann Luxembourg

Beaucoup de services de Dussmann ont été stoppés par la crise du Covid-19: cuisine ou nettoyage dans les écoles, piscines, musées… Si bien que «quasiment 50%» de l’effectif est au chômage partiel, selon son CEO. Le personnel administratif, en télétravail, reste fortement minoritaire. L’entreprise déclare ne pas avoir de plan précis pour la reprise. «Tout dépendra des annonces que le gouvernement va faire. Cela ne vaut pas le coup de faire des plans sur ce que nous ne savons pas», estime Angelo Rossi.

BGL BNP Paribas

La plus grande banque du pays a mis en place un groupe de travail regroupant différentes fonctions de la banque ainsi que des représentants du personnel pour préparer un retour progressif des collaborateurs dans ses locaux. BGL BNP Paribas veut rester centrée sur la protection de la santé des collaborateurs et continue d’analyser les conditions dans lesquelles un retour progressif sur site pourra se faire. La banque dit suivre de près l’évolution des mesures de déconfinement ainsi que les recommandations publiées par le gouvernement.

ArcelorMittal

Malgré la crise qui a forcé l’entreprise sidérurgique, en mars, à mettre à l’arrêt plusieurs de ses sites , la plupart ont repris, et elle tourne désormais à environ 80%. La majorité des salariés travaillent sur le terrain, tandis que le personnel administratif est en télétravail. Pour leur rentrée au bureau, l’entreprise attend des indications des pouvoirs publics. Dans tous les cas, elle prévoit un «retour progressif» au travail, en excluant dans un premier temps les personnes vulnérables. Elle travaille sur des mesures de sécurité spécifiques.

Les salariés sur les sites prennent déjà leur poste à des horaires décalés. Au réfectoire, une place sur deux reste inoccupée. Là où la distance de deux mètres ne peut être respectée, des bâches en plastique ou des plaques en Plexiglas séparent les employés. Toutes les règles d’hygiène ont été communiquées au personnel. Des affiches, ainsi que l’équipe Santé-sécurité, sont là pour les leur rappeler.

Goodyear Dunlop Tires Operations

Comme ArcelorMittal, Goodyear a dû adapter son activité à la crise . 1.500 salariés travaillent depuis chez eux. «Nous préparons un plan pour faire revenir ces personnes au travail», note l’entreprise. Cela se fera par vagues. «Il y aura des protocoles à respecter. Le port du masque, par exemple. Il y aura des mesures de nettoyage supplémentaires à mettre en place. Nous sommes occupés à clarifier ces questions.»

Luxair 

Ici aussi, la baisse d’activité a mis au chômage partiel une «grande partie» de l’effectif, non précisée. Le personnel administratif travaille à distance. «Nous arrivons très bien à travailler en télétravail, donc nous ne nous mettons pas de pression pour ramener les gens ici», assure le groupe. Même si 26% de ses salariés habitent en France, 12% en Allemagne et 3% en Belgique. «Cela se fera progressivement», ajoute la compagnie aérienne. Elle espère  reprendre les vols le 30 mai . Les mesures pour assurer la sécurité des passagers, mais aussi du personnel qui reviendra au Findel, sont en train d’être élaborées.

PwC Luxembourg 

Au sein du Crystal Park à la Cloche d'Or, l’ambiance risque de rester très feutrée un certain temps. PwC maintient actuellement le principe du télétravail comme règle principale. Le retour au bureau est envisagé à partir du 11 mai, mais au compte-gouttes. À cette date, un maximum de 5% des collaborateurs auront déjà accès au bâtiment. Le cabinet d'audit et de conseil prévoit ensuite que, au 15 juillet, 50% du personnel seulement pourra être présent. La sélection s’opèrera sur base des besoins opérationnels, et les travailleurs dont la santé serait à risque en cas de contamination resteront en télétravail. L’accès au bâtiment sera réservé aux personnes autorisées à l’avance. Les règles de sécurité y seront de mise (port du masque, désinfection quotidienne des bureaux occupés, etc.), les rassemblements ne seront pas autorisés et les cantines resteront fermées.

Le Centre hospitalier de Luxembourg 

Le télétravail concerne peu de personnes au CHL, sur le front de la lutte contre le virus. Le chômage partiel, aucune. Pour leur retour à l’hôpital en toute sécurité, «des discussions sont en cours au niveau des ressources humaines», lance-t-il seulement.