POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

pandémie

L’Europe va fermer ses frontières extérieures



Ursula von der Leyen souhaite tout mettre en œuvre pour limiter la dissémination du virus. (Photo: Shutterstock)

Ursula von der Leyen souhaite tout mettre en œuvre pour limiter la dissémination du virus. (Photo: Shutterstock)

La Commission européenne souhaite interdire les voyages non essentiels vers l’Europe pour une période d’au moins 30 jours. Les dirigeants européens, comme l’a déjà fait le président français Emmanuel Macron,  donneront leur accord ce mardi.

C’est une mesure forte et inédite que propose la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen: interdire tout voyage non urgent vers l’Europe pour une période de 30 jours au moins. Les frontières extérieures de l’Europe se fermeront pour «tenter de faire baisser la dissémination du virus en réduisant les contacts sociaux», a indiqué la présidente.

Des exceptions seront prévues

La règle souffrira quelques exceptions, notamment en ce qui concerne les diplomates ou les employés qui travaillent aux frontières, le personnel médical… Évidemment, les résidents européens revenant dans leur pays de l’Union pourront toujours le faire, tout comme ceux qui ne sont pas citoyens européens, mais y vivent de longue date.

Une exception sera également prévue pour les transporteurs, car il est «essentiel que certains biens continuent à circuler», notamment les médicaments et la nourriture.

Ces mesures seront avalisées dès ce mardi par les États membres. Mais aussi par les quatre pays membres de l’espace Schengen, mais non de l’UE: Suisse, Liechtenstein, Norvège et Islande.

«Nous devons la vérité aux citoyens européens: cette crise est sérieuse, elle sera longue et elle sera difficile», a pour sa part annoncé le président du Conseil européen Charles Michel. «C’est pour cela qu’il faut nous serrer les coudes, plus que jamais.»