POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Distribution gratuite

5,7 millions d’autotests pour les entreprises et indépendants 



«Si l’entreprise vient chercher les tests, elle s’engage à les distribuer à ses salariés», a insisté Dan Kersch. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

«Si l’entreprise vient chercher les tests, elle s’engage à les distribuer à ses salariés», a insisté Dan Kersch. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

76.000 invitations à venir retirer des autotests sont destinées aux entreprises et indépendants du Luxembourg. L’État a prévu un total de 12 tests par salarié en l’espace de six semaines.

Choses promises , choses dues: l’État va fournir 5,7 millions d’autotests aux entreprises et indépendants du Luxembourg, a confirmé, mardi,  Dan Kersch (LSAP), vice-Premier ministre, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire.

Du 17 au 29 mai, quatre centres de distribution ouvriront leurs portes, du lundi au samedi à Sanem, à Bertrange, à Diekirch et à Grevenmacher. 120 demandeurs d’emploi prêteront main-forte pour cette vaste opération logistique.

Celle-ci est destinée aux entreprises et à leurs salariés, et non pas à leurs clients. Par exemple, pour les clients des restaurants, une autre livraison de 500.000 autotests gratuits se déroule cette semaine, sous la houlette de la Chambre de commerce, de l’asbl Horesca et du ministère de l’Économie.

Pour s’assurer que les salariés seront bien les bénéficiaires des autotests, le gouvernement a prévu des code-barres sur chaque invitation, ce qui permettra d’enregistrer le nom des sociétés participantes. «Si l’entreprise vient chercher les tests, elle s’engage à les distribuer à ses salariés», a souligné le ministre.

L’opération se déroule sur base volontaire, mais fait écho au Code du travail et à l’obligation, pour l’employeur, de tout mettre en œuvre pour garantir la santé et la sécurité de ses collaborateurs. Au total, chaque salarié des entreprises participantes est éligible à 12 tests en l’espace de six semaines, soit deux par semaine. En cas de résultat positif, le salarié est prié de s’isoler, de s’enregistrer sur le site web  Covid19.lu d’où il peut générer une ordonnance médicale pour un test PCR qui confirmera ou infirmera le résultat de l’autotest.

Bien entendu, ce testing en entreprise ne dispense en aucun cas des règles sanitaires en vigueur que sont le port du masque, les 2 mètres de distanciation et le lavage des mains régulier.

8,5 millions d’euros investis

D’ici trois à quatre semaines, le ministère du Travail se réunira avec les syndicats et l’UEL pour une première évaluation, suivie de possibles adaptations. Patronat et syndicat soutiennent l’initiative, tout en insistant sur la dimension volontaire qu’elle revêt.

À l’heure où certains salariés continuent d’exercer leur activité professionnelle en télétravail, la distribution d’autotests peut «encourager les entreprises à un certain retour à la normalité», a commenté Jean-Paul Olinger , directeur de l’Union des entreprises luxembourgeoises (UEL).

Pour le moment, l’État finance cette action, mais il ne peut pas continuer à financer toute l’action à lui tout seul.
Dan Kersch

Dan Kersch,  ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire

«Pour le moment, l’État finance cette action, mais il ne peut pas continuer à financer toute l’action à lui tout seul», a prévenu Dan Kersch.

Ce lot de 5,7 millions d’autotests s’inscrit dans la commande de 14,5 millions d’unités passée par l’État, au prix moyen de 1,5 euro par test. Cela porte à 8,5 millions d’euros le montant de cette opération dédiée aux 76.000 entreprises et indépendants du Luxembourg.