POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Pot de Nouvel An

Le DP se pose en défenseur du vivre-ensemble



Le DP avait rassemblé ses troupes jeudi soir au Melusina. Pour célébrer la nouvelle année. Et lancer un appel à préserver le vivre-ensemble que d’aucun(e)s menacent par certaines prises de position sur les antennes ou via les réseaux sociaux.

Bons vœux. Accolades. Selfies. Coupes de crémant. Le pot de Nouvel An du DP organisé jeudi soir – tout comme celui de Déi Gréng et du CSV – s’est déroulé dans une ambiance plus que détendue au Melusina.

Au début d’une année durant laquelle les troupes se mobiliseront moins, faute de scrutin? «J’espère que c’est l’année la plus difficile pour mobiliser les troupes, parce que ça voudrait dire qu’on a vraiment beaucoup de succès. Si c’est l’année la plus dure, je suis très confiante pour les années à venir», déclarait la présidente du parti  Corinne Cahen  en constatant la forte affluence à Clausen. Avec la présence renouvelée d’une jeune génération captée lors des deux derniers scrutins législatifs.

C’est au secrétaire général,  Claude Lamberty , qu’il est revenu de remercier en premier les militants. Et de saluer au passage, outre les ministres, les deux eurodéputés,  Monica Semedo  et  Charles Goerens . Une manière de rappeler que lors des élections européennes de 2019,  le DP avait gagné un deuxième siège, au détriment du CSV .

Le virage de l’ADR vers la «droite, droite»

Choquée par l’interview de Sylvie Mischel  le matin même sur les ondes de 100,7  durant laquelle la présidente des ADR-Fraen assumait sa liberté d’expression et  la publication en décembre d’un post Facebook au raccourci pour le moins scabreux  critiquant la politique migratoire du gouvernement, tout en demandant que celui-ci s’occupe aussi des «Luxembourgeois et des gens ici», Corinne Cahen y voit le reflet d’un parti qui a pris un virage vers la «droite, droite».

«Je trouve cela très très grave. Cela va à l’encontre de la culture luxembourgeoise», note Corinne Cahen. «Je serais inquiète de constater que le pays soit de cet avis-là. Je ne le ressens pas du tout. Nous l’avons vu lors des dernières échéances électorales, les gens savent très bien d’où ils viennent, ils savent très bien à qui ils doivent quoi et que le vivre-ensemble est quand même la chose la plus importante dans un petit pays où 50% de la population n’est pas luxembourgeoise, où 200.000 frontaliers viennent travailler tous les jours.»

Écouter cet extrait de l’interview:

Priorité à l’individualisation de l’impôt

Salué parmi les ministres présents dans la salle, Pierre Gramegna a sur son bureau cette année la préparation de la réforme fiscale. Pour le ministre des Finances comme pour les cadres du parti, la priorité est à l’individualisation de l’impôt.

Nous devons soutenir les PME qui ont du mal en ce moment.
Corinne Cahen

Corinne Cahen,  présidente,  DP

«Nous voulons que les gens soient tous imposés individuellement», ajoute Corinne Cahen. «La réforme comprendra bien entendu des mesures pour le logement et concernant le climat. Nous devons aussi soutenir les petites et moyennes entreprises qui ont du mal en ce moment. Il faut qu’on leur facilite la vie pour qu’elles puissent continuer à exister. Elles sont très importantes pour l’emploi.»

2020, année de dossiers structurants qui verront les différentes sensibilités au sein du gouvernement bleu-rouge-vert s’exprimer. Avec de nouvelles têtes depuis cet été, tout d’abord en raison  du départ malheureux du vice-Premier ministre Felix Braz  (Déi Gréng) et ensuite  du retrait annoncé le 4 février prochain  de l’autre vice-Premier ministre,  Étienne Schneider  (LSAP).

Un nouveau chapitre pour la coalition en quelque sorte comme le Premier ministre,  Xavier Bettel  (DP),  l’évoquait lors de son interview de Nouvel An sur RTL Télé Lëtzebuerg . «Nous avons négocié un accord de coalition, nous ne négocions pas des têtes», note Corinne Cahen. «Les partis décident des têtes qui sont au gouvernement. Je regrette évidemment le départ d’Étienne, c’est quelqu’un que j’apprécie beaucoup et qui a très bien travaillé. Du reste, les trois partis travaillent très bien ensemble.»

L’aboutissement de la réforme fiscale et la concrétisation du Pacte climat que le DP veut rendre «prévisible» dans son application auront valeur de test pour ce partenariat à trois en place depuis 2013.