POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Désignations

Déi Gréng en congrès au Tramsschapp pour tourner la page



272733.jpg

Le congrès doit confirmer Henri Kox comme ministre du Logement. Déi Gréng espère que cela marquera un nouveau départ. (Photo: Paperjam)

Déi Gréng se réunit en congrès extraordinaire ce jeudi soir au Tramsschapp. Les membres du parti devraient valider le choix d’Henri Kox comme nouveau ministre du Logement et le passage de Sam Tanson vers le ministère de la Justice.

Les cadres de Déi Gréng attendent la tenue du congrès extraordinaire de leur parti, ce jeudi soir au Tramsschapp, avec une réelle impatience. Les membres du parti devront y confirmer le choix d’ Henri Kox  en tant que nouveau ministre du Logement, et le remplacement de  Felix Braz  par  Sam Tanson  à la Justice.

Cela doit, pour eux, constituer le dernier épisode d’une mauvaise séquence politique qui vaut aux écologistes d’être malmenés depuis quelques semaines.

Un remaniement dévastateur sur le plan émotionnel

Le 22 août, Felix Braz, vice-Premier ministre et ministre de Justice, était  victime d’un très sérieux malaise cardiaque . Si son état de santé s’est amélioré, sa convalescence sera longue et,  alors que ses compétences avaient été reprises par Sam Tanson , le parti a été contraint de lui chercher un successeur. Finalement, il a été décidé que  François Bausch deviendrait vice-Premier ministre,  que Sam Tanson serait ministre de la Justice et que celle-ci céderait le ministère du Logement à Henri Kox.

Technique et nécessaire, le remaniement a été dévastateur sur le plan émotionnel, Felix Braz faisant partie des piliers du parti. Très apprécié, il est aussi très proche de  François BauschClaude TurmesChristian Kmiotek .

Le dossier «Roberto Traversini» est ensuite arrivé sur le devant de la scène, au plus mauvais moment.  Dans la tourmente pour avoir entamé des travaux  sur un bâtiment – un abri de jardin dont il avait hérité – sans en avoir demandé l’autorisation,  le bourgmestre de Differdange a été poussé à la démission . Une semaine plus tard, il décidait aussi de  renoncer à son mandat de député . Toujours membre de Déi Gréng, le parti a tenu à le remercier pour son investissement, mais son départ a aussi été accueilli comme une bouffée d’oxygène.

Il sera remplacé par Semiray Ahmedova, qui avait réalisé le 9e score en octobre 2018 sur la liste de la circonscription Sud. Henri Kox, devenu ministre, cédera pour sa part son fauteuil de député à Chantal Gary.

Après Traversini, Dieschbourg au centre de la cible

Et depuis quelques jours, c’est la ministre de l’Environnement  Carole Dieschbourg  qui est au centre de la cible. Accusée d’avoir été complaisante envers Roberto Traversini et de lui avoir accordé très facilement une autorisation a posteriori pour les travaux sur son abri de jardin, elle a aussi très peu apprécié les remarques envers ses parents. Ceux-ci ont bénéficié d’une compensation à la suite de l’élargissement des berges décidé dans le cadre de la renaturalisation de la rivière de Lauterbourg après les inondations de 2016.

Carole Dieschbourg a répondu aux attaques lors d’un point presse ce lundi. Et le parti semble de moins en moins enclin à commenter cette affaire. «Carole Dieschbourg a expliqué tout ce qu’il y avait à expliquer, nous n’avons rien d’autre à ajouter», a indiqué le coprésident Christian Kmiotek, quand il lui a été demandé ce que ferait le parti si certains reproches faits à la ministre s’avéraient fondés.

Tout cela a donc fait un peu désordre et laissera sans doute quelques traces. Raison de la hâte des membres de Déi Gréng de passer à autre chose. «Finalement, ces attaques, ces scandales nous détournent de nos objectifs, des services que l’on doit rendre aux gens. Nous sommes élus pour cela et on doit s’y remettre», note  Djuna Bernard , la coprésidente.