LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Télévision/plateformes de streaming

Voici les séries qui seront les nouveaux «Capitani»



L’une de ces séries connaîtra-t-elle un succès similaire à celui de «Capitani»? (Photo: Samsa Film)

L’une de ces séries connaîtra-t-elle un succès similaire à celui de «Capitani»? (Photo: Samsa Film)

Le Film Fund Luxembourg et RTL ont annoncé les projets retenus en vue de devenir des séries TV qui seront diffusées sur les antennes de la chaîne luxembourgeoise et, certainement, un peu plus tard, sur les plateformes de streaming. On vous les fait découvrir.

En fin d’année 2021, le Film Fund Luxembourg et RTL lançaient un appel à projets communs destiné aux producteurs, scénaristes et autres professionnels du secteur audiovisuel luxembourgeois. Le but: trouver les nouvelles séries qui cartonneront sur les antennes de la télé luxembourgeoise, dans la lignée du succès de «Capitani».

On ne sait pas si la création de Thierry Faber a eu une influence sur les différents candidats, mais toujours est-il que sur les cinq projets retenus, quatre évoluent, eux aussi, dans le registre du thriller/fiction policière. Le cinquième étant, lui, un programme d’animation pour les enfants.

Ces cinq projets se voient accorder une aide au développement de 40.000 euros.

«Un niveau de séries internationales»

«Une dotation qui doit permettre aux auteurs de développer l’écriture de leur(s) scénario(s) (seul le traitement de l’épisode pilote était demandé dans l’avant-projet, en plus de la description du concept et des personnages principaux, ndlr) et de préparer le dossier de demande de financement de leur production», explique Guy Daleiden, le directeur général du Film Fund Luxembourg.

Parce que le fait d’avoir été retenu ne signifie pas que votre série verra forcément le jour. Il faudra, en effet, aussi séduire ensuite le Comité de sélection du Fonds de vous allouer les subsides nécessaires, comme c’est le cas de n’importe quelle production. «Mais le fait qu’elles aient reçu un avis favorable veut déjà dire quelque chose», sourit un Guy Daleiden qui a été agréablement surpris par les projets reçus. «Déjà, ils étaient au nombre de 31. Alors qu’auparavant, on en recevait plutôt une dizaine. Et puis, le niveau est bien plus élevé que par le passé», explique le CEO. «On voit clairement une professionnalisation. C’est un secteur où le niveau a agréablement monté ces sept ou huit dernières années. Désormais, certains écrivent à un niveau de séries internationales. L’investissement effectué, en matière de bourse et d’accès à des cours et formation, paie!»

Une série basée sur des faits réels luxembourgeois

Voici les cinq projets retenus:

«Marginal» de Frédéric Zeimet. Une fiction très originale puisqu’elle racontera les débuts de la police luxembourgeoise à l’aube du 20e siècle, mais aussi le traitement judiciaire des tribunaux à cette période-là. Et ce, à partir de scénarios basés sur des faits réels luxembourgeois datant de cette époque. Pour ça, l’auteur, le scénariste Frédéric Zeimet (qui travaille aussi en Belgique en tant que conseiller programme à la RTBF), a travaillé en collaboration avec l’Uni afin de trouver la matière pour scénariser les quatre épisodes (de 52 minutes) actuellement en chantier. Quatre épisodes qui seront autant d’histoires différentes.

«Plus One» d’Émile V. Schlesser. Un accident survient lors d’un mariage, ce dernier tournant alors au drame. Voilà le (très court) pitch de cette histoire prévue en six épisodes ou plutôt six chapitres (d’une trentaine de minutes), chacun étant centré sur un protagoniste différent lié à cette histoire.

À chaque épisode, on revit les mêmes événements, mais vus selon le prisme d’un personnage différent. Avec, à chaque fois, de nouveaux secrets, des mensonges supplémentaires et de nouvelles vérités qui font avancer le récit. Le tout dans un genre mariant comédie noire et thriller. Une histoire portée par le scénariste/réalisateur/monteur, Émile V. Schlesser.

«Am Déiwen Däischteren» d’Eric Lamhène et Rae Lyn Lee. Co-scénariste sur la série «Capitani», Eric Lamhène revient avec un nouveau thriller évoluant dans un genre différent, même s’il se déroulera aussi au Luxembourg. «Am Déiwen Däischteren» (qu’on peut traduire en français par «Dans l’obscurité profonde») est centré sur un duo féminin qui devra s’entraider pour démasquer un meurtrier qui sévit dans la belle région mosellane et ses vignobles. Une histoire au long cours qui se déroulera, a priori, sur huit épisodes d’une demi-heure.

Accompagné de son épouse d’origine singapourienne, Rae Lyn Lee, co-scénariste, Eric Lamhène va devoir jongler dans les prochains mois. Le duo a également un film en chantier, «Ausser Otem» (pour lequel il a reçu une aide du Film Fund Luxembourg de 2,25 millions d’euros), dont le tournage devrait débuter au printemps 2023.

«Lazarus» de Bernard Michaux. Un procédural (c’est-à-dire une série où chaque épisode possède une intrigue indépendante) derrière lequel on retrouve le producteur de Samsa Film, Bernard Michaux. Si on sait que «Lazarus» se déroulera au Luxembourg, peu de choses ont pour le reste filtré pour le moment. Si ce n’est qu’il s’agira d’une série policière… sans policier. Le tout en six épisodes qu’on nous annonce pleins de crimes et de suspense. Bref, on n’en sait pas grand-chose, mais cela donne quand même envie.

 «3, 2, 1, Go!» de Laurent Witz. Le nouveau-né de chez Zeilt productions, les créateurs (notamment) de «Nächst statioun», cette série d’animation où deux extraterrestres voulant envahir la Terre cherchent, dans un premier temps, le QG parfait en visitant le Luxembourg. Ce qui donne à l’écran un mélange de prises de vue réelles et d’animation… qu’on retrouvera aussi dans «3, 2, 1, Go!». Cette fois, Laurent Witz et ses équipes ont créé un programme court pour enfant qui tournera autour du sport. Avec la participation de célèbres sportifs luxembourgeois et de la motion-capture.

Sur les plateformes après RTL?

La phase d’écriture allant seulement débuter, il ne faut pas s’attendre à voir ces différents programmes sur les écrans de RTL avant 2024, voire même 2025 ou 2026. D’autant plus qu’ils devront certainement être un peu étalés dans le temps (au niveau de leur financement, mais aussi de leur diffusion). Mais si le succès est au rendez-vous chez nous, il y a fort à parier qu’on pourra ensuite les retrouver, à l’instar de «Capitani» (Netflix), à un niveau international sur des plateformes de streaming.

On ne peut d’ailleurs s’empêcher de remarquer que trois de ces cinq projets («Lazarus», «Am Déiwen Däischteren» et «Marginal») seront produits par Samsa Film. Une société dont on sait, depuis le succès de «Capitani» sur Netflix, qu’elle entretient de bons rapports avec la plateforme américaine… Le début de nouvelles grandes aventures cinématographiques?