POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

sommet à bruxelles

Brexit, climat et Covid-19 au menu du Conseil européen



Le Premier ministre, Xavier Bettel, participe les 15 et 16 octobre au Conseil européen qui se réunit à Bruxelles. (Photo: Union européenne)

Le Premier ministre, Xavier Bettel, participe les 15 et 16 octobre au Conseil européen qui se réunit à Bruxelles. (Photo: Union européenne)

Les dirigeants des 27 États membres de l’UE se retrouvent ce jeudi après-midi pour un Conseil chargé, qui devrait s’achever vendredi soir.

Direction Bruxelles pour le Premier ministre,  Xavier Bettel (DP), après une séquence politique cruciale à la Chambre des députés entre son discours sur l’état de la Nation et le dépôt du projet de budget 2021 par son ministre des Finances, Pierre Gramegna  (DP).

Vidéo: la déclaration de Xavier Bettel à son arrivée au Conseil européen (crédit: Union européenne).

Thème dominant de ces deux interventions, le Covid-19 occupera également une partie du Sommet européen. Les chefs d’État et de gouvernement se pencheront vendredi sur l’harmonisation plus que souhaitable de leurs critères et interprétations de la situation. «Il s’agit d’éviter la cacophonie qui a eu lieu en mars et avril, où chacun a pris des mesures dans son coin sans concertation ni coordination», commente Pascale Joannin, directrice générale de la Fondation Robert Schuman (France), citée par le quotidien régional français Ouest-France. Avec la conséquence de frontières fermées, un casse-tête et un cauchemar pour un pays comme le Luxembourg, comptant plus de 200.000 travailleurs frontaliers.

Brexit et politique étrangère

Il sera notamment question de la carte européenne que le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) se propose de mettre à jour à partir des données fournies par les États membres, afin d’harmoniser les codes couleurs et les alertes.

Ce jeudi, les Européens se consacrent au dossier du Brexit. Le négociateur en chef, Michel Barnier, leur livrera un rapport sur l’état des négociations. Les bruits de couloir indiquent que les dirigeants devraient constater «avec préoccupation» que «les progrès réalisés ne sont toujours pas suffisants».

Parmi les points d’achoppement: la pêche et la concurrence équitable, alors que, sans accord commercial, les règles de l’OMC s’appliqueraient. Dans le détail, les pêcheurs français et belges ne pourraient plus travailler dans les eaux britanniques. Restent également en suspens la question de la frontière irlandaise, la liaison sous la Manche, les liaisons maritimes, le commerce… La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, devait appeler le Premier ministre britannique, Boris Johnson, mercredi soir.

Un Brexit sans accord aurait pour effet l’interdiction pour les pêcheurs belges et français de travailler dans les eaux britanniques auxquelles ils ont accès depuis plusieurs décennies. (Photo: Shutterstock)

Un Brexit sans accord aurait pour effet l’interdiction pour les pêcheurs belges et français de travailler dans les eaux britanniques auxquelles ils ont accès depuis plusieurs décennies. (Photo: Shutterstock)

Les 27 doivent encore s’accorder sur les objectifs climatiques de l’UE, alors que Mme von der Leyen a appelé à une réduction de 55% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 .

La politique extérieure de l’UE sera également au programme avec les tensions en Méditerranée impliquant la Turquie et la Grèce, le conflit naissant entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan au Nagorny Karabakh, et la question biélorusse.