POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Simple ou double voie?

Le tram avance toujours dans le brouillard à Howald



Même si les négociations n’ont toujours pas abouti concernant les 150 mètres problématiques rue des Scillas, le chantier du tram à Howald n’aura pas de retard, selon le ministère. (Photo d’archives: ministère de la Mobilité et des Travaux publics)

Même si les négociations n’ont toujours pas abouti concernant les 150 mètres problématiques rue des Scillas, le chantier du tram à Howald n’aura pas de retard, selon le ministère. (Photo d’archives: ministère de la Mobilité et des Travaux publics)

Les négociations sont toujours en cours au sujet des terrains d’entreprises luxembourgeoises qui empêchent le ministère de la Mobilité d’y faire passer le tram sur deux voies,  rue des Scillas à Howald. Le plan B, un passage sur une seule voie, ne sera déclenché qu’en cas d’impasse totale et de manière provisoire.

Le tram à Howald passera-t-il sur une ou deux voies? La question reste en suspens. Pour rappel , il doit y arriver d’ici 2023. Pourtant, un point pose toujours problème: des parcelles de terrain qui appartiennent à Bétons Feidt et à Olos Fund, que l’État doit racheter pour y faire passer son tramway. Soit une bande de150 mètres au niveau de la rue des Scillas.

«Bétons Feidt est toujours en négociation pour aboutir à une solution à l’amiable», indique l’entreprise à Paperjam. C’était déjà le cas il y a un an, mais rien de plus n’est dit quant à l’état d’avancement des discussions. En ce qui concerne Olos Fund, les choses se compliquent puisque la société d’investissement se trouve au cœur d’une bataille judiciaire qui oppose les deux promoteurs immobiliers réunis dans ce fonds, Eric Lux et Flavio Becca . En attendant une issue, elle est gérée par Yann Baden, administrateur indépendant. Ce dernier n’a pas répondu aux sollicitations de Paperjam. Ne sachant à qui s’adresser pour amorcer un échange,  l’État avait lancé en 2020 une procédure d’expropriation.

Le ministre de la Mobilité et des Travaux publics avait confié, en janvier 2021, qu’il se laissait «jusqu’à l’été» pour parvenir à une solution. Pourtant, en novembre 2021, la situation est restée en l’état. «Il n’y a pas d’avancées dans le dossier», confirme le ministère. «Reste toujours, le cas échéant, le plan B de faire circuler le tram sur une seule voie sur le tronçon en question.»

Le ministre avait déjà présenté cette option, qui aurait pour conséquence une desserte toutes les cinq minutes au lieu de toutes les trois minutes sur cette zone, où chaque tram devrait attendre le passage de l’autre dans le sens inverse pour poursuivre son chemin.

Une décision qui pourrait tomber au dernier moment, en 2022

Si l’échéance de l’été a été repoussée, à quelle date le ministre décidera-t-il de lancer cette option B, en cas d’échec total de négociations qui semblent en panne? «Nous sommes très flexibles et appliquerons le plan B en cas de besoin», indique un peu mystérieusement le ministère, sans vouloir dire à quelle date précisément devront impérativement commencer les travaux à cet endroit pour que le tram arrive bien à la Cloche d’Or en 2023.

Luxtram n’a pas pu donner plus d’informations non plus.

Le ministère réaffirme, dans une forme d’autopersuasion, que dans un cas comme dans l’autre, «le chantier n’aura pas de retard». Les travaux sont en cours pour relier la gare centrale au lycée de Bonnevoie sur 1,2 kilomètre d’ici septembre 2022. Les travaux pour la suite de la ligne, sur 3,7 kilomètres, de Bonnevoie à la Cloche d’Or, doivent démarrer pour leur part au cours du premier semestre 2022. Le pont Buchler , par lequel doit passer le tram au niveau de la gare d’Howald, est également en travaux d’élargissement.

Si les négociations ou la demande d’expropriation aboutissent des mois, voire des années après la construction de la voie unique, le ministère affirme que de nouveaux travaux seront quand même lancés pour construire la seconde. L’option à une voie étant qualifiée de «solution transitoire». Mais sans doute coûteuse.

Les équipes du ministre ne livrent pas de budget précis pour le tronçon du tram à Howald, intégré dans les 565 millions d’euros pour les 16 kilomètres de la ligne.

La valeur des terrains d’Olos Fund avait été estimée, en 2018, à 668 millions d’euros.