LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Cérémonie des Oscars

Pas de deuxième Oscar pour le cinéma luxembourgeois



«Wolfwalkers», coproduit par Mélusine Productions, n’a pas pu rivaliser contre le géant Pixar. (Photo: Mélusine Productions)

«Wolfwalkers», coproduit par Mélusine Productions, n’a pas pu rivaliser contre le géant Pixar. (Photo: Mélusine Productions)

Ni «Collective», nommé deux fois, ni «Wolfwalkers» n’ont remporté d’Oscar cette nuit. Le palmarès des Oscars a fait, comme prévu, la part belle à «Nomadland». 

La 93e cérémonie des Oscars se tenait dans la nuit de dimanche à lundi à Los Angeles. C’est la gare ferroviaire d’Union Station, dans le centre de LA, permettant une plus grande distanciation sociale, qui a accueilli, pour la première fois, la majeure partie de cette cérémonie. Le traditionnel Dolby Theatre se contentant de jouer, pour une fois, un rôle secondaire.

Et sans grande surprise, c’est le film de Chloé Zhao, «Nomadland», et ses six nominations, qui a fait sensation. Elle a reçu la statuette de la Meilleure réalisatrice et du Meilleur film, tandis que Frances McDormand, son actrice principale, est repartie avec l’Oscar de la Meilleure actrice.

Comme aux Bafta

Mais ce qu’on attendait surtout au Luxembourg, c’était de savoir si, sept ans après la statuette (du Meilleur court métrage d’animation) ramenée par Laurent Witz, un deuxième Oscar allait tomber dans l’escarcelle luxembourgeoise. Les trois nominations, soit le total le plus important depuis 2004 (année record, où les coproductions «La jeune fille à la perle» et «De Tweeling» en avaient cumulé quatre), étaient autant d’espoirs.

Malheureusement, ni le nom de «Wolfwalkers» (Meilleur film d’animation), coproduit par Mélusine Productions, ni celui de «Collective» (Meilleur documentaire et Meilleur film étranger), coproduit par Bernard Michaux et Samsa Film, n’ont été appelés sur scène. Les lauréats ont été les mêmes qu’aux Bafta  voici deux semaines. «Soul» de Pixar a ajouté une nouvelle récompense à sa longue liste du printemps, tandis que le documentaire poussé par Netflix, «My Octopus Teacher», et «Drunk», de Thomas Vinterberg (Meilleur film étranger), l’ont aussi emporté. 

À noter que l’auteur français Florian Zeller a, lui, remporté la statuette du Meilleur scénario adapté pour son film.