POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

chambre des députés

L’ADR prépare sa rentrée avec grand soin



La fraction, qui compte désormais Fred Keup (à gauche) dans ses rangs, sera d’une extrême vigilance à l’égard de toutes les propositions du gouvernement. (Photo: Paperjam)

La fraction, qui compte désormais Fred Keup (à gauche) dans ses rangs, sera d’une extrême vigilance à l’égard de toutes les propositions du gouvernement. (Photo: Paperjam)

La fraction ADR, désormais dirigée par Fernand Kartheiser, a précisé quelles seraient ses priorités pour la prochaine législature. Le parti veut incarner «un élément de stabilité au sein des débats».

La rentrée politique du 14 octobre prochain fait l’objet de toute l’attention de l’ADR. Après presque deux ans de législature et alors que la crise sanitaire est toujours une réalité, elle sera en effet sans doute plus importante que les autres. Les cadres du parti conservateur ont senti arriver ce «momentum» puisque la tension semble vive entre Déi Gréng et le LSAP au sein de la majorité, que le DP doit jouer les arbitres pour maintenir l’union, que le CSV semble chercher un nouveau positionnement tout en affichant parfois ses dissensions en public … Au milieu de tout cela, l’ADR veut rester «une vraie force d’opposition», mais aussi «force de proposition». Et, surtout, incarner «un élément de stabilité au sein des débats», en faisant du pragmatisme une priorité.

Les journées parlementaires et le congrès national du parti, le 11 octobre, vont donc être l’occasion d’évoquer le travail parlementaire passé et à venir, de débattre de thèmes d’actualité (légalisation du cannabis, 5G et télétravail) et de soumettre au vote les orientations sur les thématiques du logement, de la politique climatique, de la migration.

Un impôt sur les successions: c’est non

Dans le domaine des impôts et des finances, Fernand Kartheiser , nouveau chef de la fraction, a répété ne pas être opposé à la suppression de certains avantages abusifs. Plus de justice fiscale étant préférable à une hausse des impôts. Cela cependant sous réserve d’un examen minutieux, notamment en ce qui concerne les FIS et les stock-options, revenus récemment au-devant de l’actualité. Quant à un impôt sur les successions? C’est non. 

Au sujet de l’économie, l’ADR pointe un manque de compétitivité de certaines industries et plaide pour une réindustrialisation et une relocalisation de productions ciblées. L’artisanat aussi devra être revalorisé.

La politique étrangère menée par Jean Asselborn (LSAP) ne trouve guère grâce aux yeux des élus de l’ADR. Tandis que la gestion de la crise du Covid les interpelle. Un ratage dû, entre autres, à une mauvaise préparation malgré la longévité du LSAP au ministère de la Santé. «Pas de réserves, pas de coordination», souligne Fernand Kartheiser. Qui pointe encore le chaos dans les écoles avec l’organisation proposée en deux classes, les quarantaines à géométrie variable, les professeurs malades obligés de travailler… La manière dont l’état d’urgence et les lois Covid ont été votés reste aussi amère à l’ADR , qui estime qu’un vote à la majorité simple est insuffisant quand on évoque des restrictions importantes des libertés. 

La légalisation du cannabis suscite aussi des questions théoriques et pratiques. L’ADR plaide pour une analyse détaillée de ce que cette initiative a engendré en Hollande, au Canada ou dans l’État du Colorado. Bref, il faut faire preuve d’une très grande prudence. Tout comme en ce qui concerne la 5G, «pour laquelle il faut respecter le principe de précaution». Quant au télétravail, l’ADR estime qu’une approche simpliste ne peut être envisagée. «Qu’en est-il des relations sociales? De la sous-traitance? Des dangers pour l’économie? Des relations avec le patronat? Le gouvernement a indiqué qu’il déposera un projet de loi et l’ADR sera très attentif», conclut Fernand Kartheiser, qui exigera un cadre clair «dans l’intérêt de tous».

Organisation, calme et cap bien défini

Face à des thèmes divers et souvent techniques, l’ADR compte faire preuve d’une organisation sans faille, garder le cap défini , conserver un calme olympien au milieu de toute agitation, et «mettre le doigt là où cela fait mal». Les réunions se sont donc succédé à bon train ces dernières semaines. Tandis que Fred Keup, appelé à remplacer l’expérimenté Gast Gibéryen , a lui aussi, dit-il, travaillé d’arrache-pied sur les thématiques (famille, services publics, environnement, coopération, culture, éducation…) qui seront les siennes dans deux semaines. La petite armée est soudée, bien entraînée, se tient en embuscade et s’apprête à mener très vite quelques opérations commando.