ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Digest

Paperjam Express: ce qu’il faut retenir ce mardi



Paperjam Express, c’est une sélection des informations à absolument retenir de cette journée. (Photo: Maison Moderne)

Paperjam Express, c’est une sélection des informations à absolument retenir de cette journée. (Photo: Maison Moderne)

Chaque jour, Paperjam vous propose une sélection des informations les plus importantes et pertinentes de la journée, déclinées sous forme de résumés. À lire, mais aussi à écouter, et à approfondir sur le site paperjam.lu.

Landsbanki Luxembourg: les plaignants français déboutés

Après avoir perdu devant le  tribunal correctionnel de Paris en 2017 , puis en deuxième instance devant la  Cour d’appel en 2020 , les emprunteurs français – le médiatique Enrico Macias en tête – qui s’estimaient victimes d’une escroquerie n’avaient plus qu’un seul espoir afin d’éviter un recouvrement des sommes empruntées à la Landsbanki Luxembourg: que la Cour de cassation casse ces décisions et renvoie l’affaire devant les juridictions du fond.

Espoir déçu: la plus haute juridiction civile française n’a même pas examiné les arguments au fond, elle a déclaré, ce 17 novembre, les recours irrecevables. Suivant en cela les conclusions de l’avocat général et du rapporteur de la Cour de cassation.

Conséquence: depuis mercredi dernier, Landsbanki Luxembourg et les anciens employés sont définitivement relaxés du chef d’inculpation d’escroquerie.

Conséquence toujours: les épargnants déboutés étaient bien avertis du risque du produit qu’ils avaient souscrit et ils ont pris le risque. Bref, ils ont spéculé.

Conséquence enfin: les procédures de saisie en cours qui avaient été bloquées par la décision du juge français Renaud van Ruymbeke peuvent reprendre.

La liquidatrice de faillite va pouvoir enfin clôturer la liquidation et transférer les avoirs restants de Landsbanki Luxembourg à sa maison mère, Landsbanki Islande. «Cette liquidation n’a pas coûté un seul euro à l’État luxembourgeois, la Banque centrale du Luxembourg a récupéré l’intégralité des prêts qu’elle avait accordés à Landsbanki Luxembourg, aucun déposant au Luxembourg n’a perdu une quelconque partie de son dépôt et tous les salariés ont été indemnisés sans que l’Administration pour l’emploi ait à intervenir», détaille la liquidatrice Yvette Hamilius.

Le Covid a été une bonne affaire pour les laboratoires

Les laboratoires d’analyses luxembourgeois ont, sans surprise, tiré leur épingle du jeu sur fond de pandémie mondiale de Covid-19. En effet, pour 2020, les trois acteurs du marché luxembourgeois ont tous publié un bénéfice dans le Registre des sociétés, mais avec des écarts toutefois prononcés.

Ainsi, les Laboratoires Réunis, qui ont obtenu  le marché du large scale testing , ont vu leur résultat annuel multiplié par plus de 11 pour atteindre 15,5 millions d’euros. Ketterthill fait état d’un bénéfice net en hausse de 62%, à 10,6 millions d’euros. Seul Bionext Lab affiche un résultat annuel 2020 en contraction, avec 4,7 millions d’euros, soit 4,8% de moins qu’en 2019. Ses effectifs ont néanmoins progressé de 10% pour atteindre les 170 salariés sur une cinquantaine de sites. Son patron et fondateur, le Dr. Jean-Luc Dourson, a annoncé mi-septembre  poursuivre l’État luxembourgeois en justice  au sujet du marché du large scale testing attribué à son concurrent des Laboratoires Réunis.

200 millions d’euros d’amende contre Apple et Amazon en Italie

L’Autorité de la concurrence et des marchés (AGCM) en Italie vient de frapper fort en infligeant une amende de 68,7 millions d’euros à Amazon et de 134,5 millions d’euros à Apple. 

Concrètement, le gendarme de la concurrence italien a sanctionné les deux géants américains pour avoir signé des clauses contractuelles en octobre 2018 qui «interdisaient aux revendeurs officiels et non officiels de produits Apple et Beats d’utiliser Amazon.it, mais autorisant la vente de produits Apple et Beats sur ce marché seulement à Amazon et à certains sujets choisis individuellement et de manière discriminatoire», indique l’institution dans son communiqué.

Amazon s’est insurgé face à cette décision. «Nous sommes fortement en désaccord avec la décision de l’Autorité italienne de la concurrence et nous avons l’intention de faire appel. L’amende proposée est disproportionnée et injustifiée», a réagi Amazon, interrogé par Paperjam.