POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Recommandations de la Commission européenne

Ouvrir progressivement les frontières au tourisme dans l’UE



La Commission recommande de limiter le contact entre les passagers dans les transports, en réduisant la densité de ces derniers. (Photo: Shutterstock)

La Commission recommande de limiter le contact entre les passagers dans les transports, en réduisant la densité de ces derniers. (Photo: Shutterstock)

Afin de soutenir le secteur du tourisme européen, qui représente 10% du PIB de l’UE, la Commission européenne a présenté mercredi des recommandations. Avec, en priorité, la réouverture progressive des frontières entre les États membres.

«Nous aurons une saison touristique cet été, même si ce sera avec des mesures de sécurité et des restrictions qui n’existaient pas l’an passé», a déclaré, mercredi, le commissaire à l’Économie, Paolo Gentiloni, alors que la Commission européenne présentait un ensemble d’orientations et de recommandations visant à aider les États membres à lever progressivement les restrictions en matière de voyages et à aider le secteur touristique européen à se remettre de la pandémie.

De la souplesse pour réagir vite si nécessaire

Alors que de nombreux États ont mis à mal les principes de l’espace Schengen, la priorité est de rétablir la liberté de circulation en levant progressivement les contrôles aux frontières intérieures. Les propositions de la Commission vont dans ce sens, sans réclamer cependant une réouverture immédiate des frontières: «Si la situation sanitaire ne justifie pas une levée généralisée des restrictions», admet la Commission, celle-ci propose «une approche progressive et coordonnée, débutant par la levée des contrôles entre les régions ou les États membres qui présentent une situation épidémiologique suffisamment similaire».

Une approche qui doit rester souple et prévoir la possibilité de réintroduire certaines mesures si la situation épidémiologique l’exige.

Et qui doit respecter le principe de non-discrimination: si un État membre décide d’autoriser les déplacements sur son territoire, il doit le faire pour tous les territoires au sein de l’UE qui connaissent des conditions épidémiologiques similaires. De même, il doit le faire pour les tous les citoyens et résidents de ces territoires concernés, quelle que soit leur nationalité. Pas question donc de trier selon l’âge, les nationalités ou les régions: «Si on se rouvre à un pays, c’est à tous ses résidents», a insisté la vice-présidente de la Commission, Margrethe Vestager.

Réduire la densité des passagers

Si la Commission souhaite le rétablissement des services de transport dans toute l’UE, elle recommande de «limiter les contacts entre les passagers et les travailleurs, ainsi qu’entre les passagers eux-mêmes, en réduisant, si possible, la densité des passagers». L’utilisation des équipements de protection, comme les masques, est bien sûr recommandée.

Des aides pour le secteur du tourisme européen, en cours de discussion dans le cadre de la refonte du budget communautaire 2021-2027, devraient être accordées, notamment en garantissant des liquidités pour les entreprises touristiques, en particulier les PME.

Les États pourront adapter ces recommandations au vu de l’évolution de la situation sanitaire. Mais l’enjeu est colossal: avec les voyages, les transports, l’hébergement, l’alimentation, les loisirs ou la culture, le secteur touristique contribue à près de 10% du PIB de l’UE.