POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Campagne de vaccination

Une liste ouverte pour bénéficier en avance d’AstraZeneca



Dès la semaine prochaine, un site internet sera ouvert. Les personnes inscrites recevront par la suite un QR code avec un rendez-vous, et pourront se rendre dans un centre pour se faire vacciner avec le dénigré AstraZeneca. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Dès la semaine prochaine, un site internet sera ouvert. Les personnes inscrites recevront par la suite un QR code avec un rendez-vous, et pourront se rendre dans un centre pour se faire vacciner avec le dénigré AstraZeneca. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

En conférence de presse, le Premier ministre a annoncé une série de mesures autour du vaccin AstraZeneca: non seulement celui-ci continuera à être injecté à la population sans limite d’âge, mais les personnes entre 30 et 54 ans pourront s’inscrire sur une liste pour en bénéficier en avance.

En plus d’annoncer de très légers assouplissements dans les domaines sportif et culturel , le Premier ministre, Xavier Bettel (DP), est revenu sur le controversé vaccin du laboratoire AstraZeneca .

Alors que certains pays européens renoncent à ce vaccin (Danemark) ou limitent les tranches d’âge qui y ont accès (les moins de 30 ans sont exclus au Royaume-Uni, les moins de 55 ans en France, ou encore les moins de 60 ans en Allemagne), Xavier Bettel a annoncé l’ouverture d’une liste d’attente sur laquelle des volontaires de 30 à 54 ans pourront s’inscrire pour se faire vacciner avec Vaxzevria – le nouveau nom du vaccin d’AstraZeneca.

Un véritable changement dans la stratégie vaccinale. Pour l’instant, la phase 5 ayant été ouverte la semaine dernière , seuls les plus de 55 ans ont accès à la vaccination (ou les personnes de moins de 55 ans qui présentent un état de santé qui peut les exposer à un risque majoré).

Contourner la défiance

Mais le vaccin d’AstraZeneca ayant mauvaise réputation et se voyant refusé au profit des Pfizer-BioNTech ou Moderna, une telle liste pourrait permettre d’éviter un ralentissement de la campagne, tout en permettant à ceux qui le veulent de bénéficier de ce qui est refusé par d’autres.

Dès la semaine prochaine, un site internet sera ouvert. Les personnes inscrites recevront par la suite un QR code avec un rendez-vous, et pourront se rendre dans un centre pour se faire vacciner avec le dénigré AstraZeneca. Une conférence de presse avec davantage d’explications aura lieu la semaine prochaine en présence de la ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP), qui reprend dès ce lundi ses fonctions.

Cette décision, alors que, pour l’instant, aucune liste d’attente n’avait été mise en place pour se faire vacciner en fin de journée avec les doses inutilisées , est prise en cohérence avec une série de décisions gouvernementales autour d’AstraZeneca.

AstraZeneca pour tous

En parallèle – et c’était d’ailleurs une condition préalable pour établir la liste –, Xavier Bettel a annoncé le maintien des injections du vaccin d’AstraZeneca pour toute la population. De fait, en cas de mise en attente des vaccins d’AstraZeneca et de Johnson & Johnson, ce serait 90.000 personnes en moins qui se verraient vaccinées dans le pays d’ici fin juin, a-t-il assuré.

Dans le cadre de la course contre la pandémie, il serait irresponsable de placer des milliers de doses dans les frigos.
Xavier Bettel

Xavier Bettel,  Premier ministre

«Dans le cadre de la course contre la pandémie, il serait irresponsable de placer des milliers de doses dans les frigos, donc le gouvernement a pris cette décision difficile», a-t-il expliqué.

Difficile, car le gouvernement a dû se débattre entre deux avis différents: celui de l’Agence européenne des médicaments (EMA) et celui du Conseil supérieur des maladies infectieuses (CSMI). Alors que la première a recommandé de continuer à injecter l’AstraZeneca sans limitation, le deuxième se réfugiait derrière le fameux principe de précaution pour limiter la vaccination aux personnes de plus de 55 ans et l’exclure pour les moins de 30 ans, ainsi que pour les personnes entre 30 ans et 54 ans «sans critère de vulnérabilité».

Pas de mélange de doses

Toujours dans ce même contexte, le mélange des doses ne sera pas permis. Certains pays, comme la France, ont ainsi décidé qu’une personne de moins de 55 ans ayant reçu une première dose d’AstraZeneca devrait en recevoir une deuxième d’un autre laboratoire.

«Nous n’avons pas les garanties nécessaires», a expliqué Xavier Bettel, en se basant sur les avis d’experts et de la Direction de la santé. «Si une première dose a été reçue avec AstraZeneca, la deuxième sera aussi de l’AstraZeneca, même pour les moins de 55 ans.»

Cet ensemble de décisions autour d’AstraZeneca vise clairement à ne pas pénaliser le rythme de la campagne de vaccination. Ce qui paraît pour le mieux: la défiance généralisée à l’égard d’AstraZeneca est due à quelques très rares cas de thromboses sur des millions d’injections réalisées, et les avantages du vaccin contrebalancent très largement ses inconvénients.