ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Restrictions Covid

L’Horesca ambitionne toujours une réouverture le 15 mars



Le secteur est contraint de rester fermé depuis le 26 novembre 2020. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Le secteur est contraint de rester fermé depuis le 26 novembre 2020. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

À 11 jours de la fin des prolongations des restrictions Covid, la fédération des professionnels de la restauration réitère son souhait de pouvoir rouvrir les terrasses du Luxembourg.

La question ne semble plus être «quand est-ce qu’on peut rouvrir?», mais plutôt «rendez-vous le 15 mars?» du côté de la fédération Horesca. L’asbl publie ce jeudi un communiqué dans lequel elle presse le gouvernement de prendre position quant à la réouverture des bars et restaurants du Grand-Duché.

«Moins de 11 jours restent pour préparer l’ouverture éventuelle du secteur et malgré nos revendications, la communication attendue du gouvernement se fait attendre», soutient l’organisation.

Celle-ci fait allusion au communiqué du 26 février dernier dans lequel elle réclamait une ouverture des terrasses «pour préparer l’ouverture au 15 mars». Cette date découle en fait de l’échéance fixée le 12 février dernier par le Premier ministre Xavier Bettel (DP), qui a prolongé les restrictions sanitaires jusqu’au 14 mars .

Le projet de loi des aides n’est pas encore voté

Si l’organisation reconnaît que la situation sanitaire s’aggrave alors que le secteur est fermé depuis le 26 novembre dernier, «force est de constater que les gens en ont marre d’être restreints dans leur vie sociale et qu’ils ne respectent plus les gestes barrières nécessaires à combattre cette pandémie. C’est à cette fin que nous réitérons notre proposition de procéder à une ouverture au moins progressive (terrasses) du secteur afin de contribuer à la solution du problème.»

La fédération Horesca rappelle enfin qu’à l’inverse de la loi Covid , celle concernant les adaptations des aides, comme l’aide des coûts non couverts, n’a pas encore été votée. À ce jour, le site web de la Chambre des députés renseigne que le projet de loi 7769 a reçu les avis de la Chambre de commerce, de la Chambre des métiers, de la Chambre des salariés et celui du Conseil d’État.