ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Bilan 2020

Déficit historique pour le domaine thermal de Mondorf



Le domaine thermal est appelé à faire peau neuve: le chantier, d’une durée de cinq ans, au coût de 133,5 millions d’euros, débutera en 2024. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Le domaine thermal est appelé à faire peau neuve: le chantier, d’une durée de cinq ans, au coût de 133,5 millions d’euros, débutera en 2024. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Avec une perte de près de 4,5 millions d’euros en 2020, le centre thermal est touché par la pandémie de Covid-19, mais pas coulé: son hôtel, par exemple, est le deuxième à recevoir le plus de bons de 50 euros du gouvernement.

Avec la mise à l’arrêt des activités de wellness, fitness, restauration, événementiel, sans oublier le tourisme, la pandémie de Covid-19 a lourdement affecté le domaine thermal de Mondorf-les-Bains en 2020, puisqu’il a terminé l’exercice sur une perte opérationnelle de 4,47 millions d’euros – un record historique.

«Nous aurons un remboursement partiel d’une partie de ce déficit par la CNS, qui est en charge du département Santé», précise à Paperjam  Pierre Plumer , directeur du domaine thermal. Celui-ci a insisté, vendredi, sur l’absence de cluster de contamination, mais aussi de licenciements parmi les 317 salariés du site.

L’événementiel lourdement affecté

L’organisation a mis un terme à quatre années consécutives de bénéfices, après la rénovation de son infrastructure hôtelière en 2015 . Avec un chiffre d’affaires amputé de 38%, à 18 millions d’euros, le domaine a connu une interruption de l’ensemble de ses prestations lors du confinement du printemps 2020, avant une reprise graduelle des activités.

Sans surprise, l’événementiel est le secteur le plus lourdement impacté avec des revenus divisés par sept, à 258.416 euros. Les droits d’entrée aux installations de wellness et de fitness ont représenté 2,1 millions d’euros, soit deux fois moins qu’en 2019. Idem pour l’hébergement, avec 1,9 million d’euros de revenus.

Celui-ci a toutefois pu bénéficier des  bons de 50 euros distribués par le gouvernement: le Mondorf Parc Hôtel figure sur la 2e marche du podium des établissements les plus plébiscités par les détenteurs de ces coupons, a souligné Pierre Plumer.

La restauration a vu son chiffre d’affaires fondre de 39%, à 2,3 millions d’euros, tandis que les activités de spa ont généré 1,06 million d’euros, soit 36% de moins qu’en 2019.

Assouplissement imminent

Les normes sanitaires ont contraint le domaine à réduire sa capacité d’accueil. Actuellement, l’accès aux infrastructures de wellness et de fitness est limité à 2 heures, et un site web de réservation est en place pour canaliser les flux de visiteurs.

Dès le 1er juin, l’accès devrait être un petit peu moins restreint, annonce le directeur: «L’accès se fera pour les détenteurs d’un abonnement, d’un forfait time ou d’un ticket journalier. Nous revenons à un fonctionnement ’un petit peu plus normal’».

L’heure est toutefois à la prudence quant à l’été qui se profile: «On ne sait pas encore comment cela va se passer, on espère pouvoir bénéficier de la relance du tourisme au niveau local , mais c’est encore trop tôt pour se projeter».

Vers des traitements spéciaux post-Covid, version longue

Cette année 2020 «au ralenti» a tout de même vu quelques investissements se concrétiser, notamment en ce qui concerne les infrastructures d’hébergement où plus de 600.000 euros ont été injectés pour des petites rénovations, de même que pour le pôle Santé, avec l’acquisition notamment de machines David avec puces et connexion serveur destinées aux traitements de rééducation pour les douleurs chroniques.

Le domaine thermal réfléchit actuellement à un nouveau projet de traitement post-Covid sur le long terme, en collaboration avec le Rehazenter.

Toujours à l’agenda, les travaux de rénovation – d’un budget de 133,5 millions d’euros – sont postposés à 2024. «Ils sont légèrement retardés parce qu’il y a eu des soucis pour se voir pendant le confinement et avancer dans le cahier des charges», explique Pierre Plumer. Le chantier devrait durer cinq ans et prévoit notamment la modernisation des bâtiments existants et une extension sur 8.500m2, avec la construction d’un nouveau bâtiment.