POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

congrès national

Après l’affaire Engel, le CSV «se tourne vers l’avenir»



Épilogue de plusieurs semaines de turbulences au sein des chrétiens-sociaux, après des révélations de potentiels abus de biens sociaux à l’encontre de Frank Engel, ce congrès doit permettre au parti «de prendre un nouveau départ». (Photo: Matic Zorman/Archives Maison Moderne)

Épilogue de plusieurs semaines de turbulences au sein des chrétiens-sociaux, après des révélations de potentiels abus de biens sociaux à l’encontre de Frank Engel, ce congrès doit permettre au parti «de prendre un nouveau départ». (Photo: Matic Zorman/Archives Maison Moderne)

Le parti chrétien-social tient son congrès annuel ce samedi 24 avril, quelques semaines après qu’a éclaté «l’affaire Engel». Le CSV, qui va élire Claude Wiseler à sa présidence, veut désormais aller de l’avant.

Alors que son président démissionnaire Frank Engel vient de rendre sa carte du parti , le CSV va tenir son congrès national ce samedi 24 avril. Épilogue de plusieurs semaines de turbulences au sein des chrétiens-sociaux, après des révélations de potentiels abus de biens sociaux à l’encontre de Frank Engel , ce congrès doit permettre au parti de «prendre un nouveau départ», appelle de ses vœux le député Gilles Roth .

«L’équipe menée par Claude Wiseler pour présider le CSV combine à la fois l’expérience et la jeunesse. Cela reflète notre état d’esprit et, samedi, nous renouvellerons aussi tous les comités de circonscriptions. Beaucoup de jeunes se sont portés candidats, c’est un signal positif», poursuit celui qui devrait prendre la co-présidence du groupe parlementaire, avec Martine Hansen .

«Rien de positif à tirer» de l’affaire Engel

Concernant l’affaire Engel, Gilles Roth ne souhaite pas s’attarder: «Dans tout parti, il y a des choses qui vont, et d’autres qui ne vont pas. Mais je crois qu’aujourd’hui, les membres du parti et nos électeurs veulent que l’on s’occupe des problèmes du pays, et que l’on soit tourné vers l’avenir.» Les échéances législatives et communales sont en effet prévues pour le mois d’octobre 2023.

Pour Martine Hansen, «il n’y a évidemment rien de positif à tirer des révélations de ces dernières semaines autour de notre ancien président de parti. J’espère que [cette affaire] n’aura pas d’incidence auprès de notre électorat, et que nous aurons désormais un peu de tranquillité.» La députée et actuelle chef de faction à la Chambre confie également qu’elle n’était «pas au courant que Frank Engel occupait ce poste de chargé de mission au sein de l’asbl CSV Frëndeskrees. Aucun autre président du parti n’avait agi de la sorte jusqu’à présent», regrette-t-elle.

Priorité donnée aux problèmes du pays

Et si Claude Wiseler était tête de liste aux dernières législatives de 2018, le moment n’est pas encore venu de décider s’il mènera la prochaine campagne. «Nous avions arrêté notre choix deux ans avant les élections à l’époque, je crois que c’était trop tôt», appuie Mtournéartine Hansen. «Ce n’est pas notre priorité pour le moment, nous devons d’abord nous concentrer sur le travail politique et les problèmes du pays.»

Pour rappel, Frank Engel avait démissionné de la présidence du CSV à la mi-mars suite à des révélations de potentiels abus de biens sociaux à son encontre . Plus récemment, la Cour des comptes a souligné d’autres incohérences autour d’un remboursement de cotisations de sécurité sociale privées de la part du parti, alors même que le contrat de travail faisait défaut.