POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

rapport de la Cour des comptes

Des incohérences au niveau des comptes du CSV mises en avant



Frank Engel semble dans le viseur de la Cour des comptes. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Frank Engel semble dans le viseur de la Cour des comptes. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Le CSV aurait remboursé, entre janvier 2019 et mai 2020, des cotisations de sécurité sociale privées à son président démissionnaire Frank Engel alors qu’un contrat de travail fait défaut. Le trésorier et le secrétaire général de l’époque assurent que la décision aurait été prise par le président, sans leur accord.

Après les révélations d’un potentiel «abus de biens sociaux»  (entre juin et décembre 2020) de la part du président démissionnaire Frank Engel (CSV), on apprend qu’il aurait reçu des cotisations de sécurité sociale privées de son parti. Dans son rapport sur le financement des partis politiques luxembourgeois publié par RTL, la Cour des comptes écrit qu’elle «constate que le parti a versé à son président un montant correspondant aux cotisations sociales que celui-ci a payé à titre privé au Centre commun pour une période allant de janvier 2019 à mai 2020». Ces dépenses auraient alors été enregistrées comme charges sociales alors qu’un contrat de travail entre le président et son parti fait défaut.

La Cour note, dans son rapport, que la décision sur la prise en charge de ces cotisations sociales aurait été prise «d’un commun accord par le président, le secrétaire général et le trésorier du parti» de l’année 2019, celle-ci n’étant cependant pas documentée. Ce à quoi le CSV répond que le secrétaire général (Félix Eischen) et le trésorier (André Martins Dias) «contestent formellement que la décision relative à la prise en charge de cotisations sociales du président par le parti ait été prise avec leur accord».

Des informations qui arrivent quelques heures après que Frank Engel ait déclaré, au cours d’une interview à RTL, qu’il ne comptait pas rester membre du parti pour toujours et qu’il n’excluait pas de créer un nouveau parti ou un mouvement. Beaucoup de personnes lui auraient suggéré de faire un pas dans cette direction, ne se sentant représentées ni par les partis membres du gouvernement ni par le CSV.