POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Justice

Le CSV secoué par de nouvelles turbulences



Frank Engel conteste tout acte illégal et prévient qu’il déposera plainte pour diffamation contre toute personne qui le laisserait entendre. (Photo: Matic Zorman/Archives Maison Moderne)

Frank Engel conteste tout acte illégal et prévient qu’il déposera plainte pour diffamation contre toute personne qui le laisserait entendre. (Photo: Matic Zorman/Archives Maison Moderne)

À quelques semaines d’un important congrès national, le CSV est à nouveau secoué par des turbulences. Avec son actuel président Frank Engel comme protagoniste central. Pointé du doigt pour un contrat de travail auprès d’une asbl, il annonce qu’il s’expliquera sous peu via une conférence de presse.

Le CSV semble à nouveau pris dans une série de turbulences, à quelques semaines de son important congrès national, selon RTL. Avec à nouveau son président actuel, Frank Engel , au centre. 

Selon nos confrères, celui-ci, dont le mandat à la tête du parti est bénévole, a bénéficié d’une rémunération durant sept mois, de juin à décembre 2020, en tant que chargé de mission au sein de l’asbl CSV-Frëndeskrees, assez peu transparente, qui s’occupe de gérer les biens immobiliers du parti.

Ce qu’il ne conteste pas, comme le rapporte le site Reporter. Employé 40 heures par semaine, Engel devait assurer la représentation externe de l’asbl, le recrutement de nouveaux membres et la préparation de la transformation de l’association en fondation. Son contrat aurait été signé par le trésorier de l’asbl, André Martins, et le secrétaire général du parti,  Félix Eischen . Dont l’existence devait être connue des autres membres du bureau de l’association.

Une lettre aux autorités judiciaires

C’est le 8 mars dernier que le «scandale» a éclaté, lors de l’assemblée générale de l’asbl. Des membres du groupe parlementaire, aussi membres de l’asbl, auraient très peu apprécié que ce contrat ait existé. Au point d’écrire ce mardi aux autorités judiciaires pour dénoncer les faits, suite à un avis juridique sollicité auparavant.

Frank Engel a dit à Reporter «ne pas être un criminel», mais aussi être prêt à rembourser les montants perçus. Selon lui, il s’agit là purement et simplement d’une nouvelle cabale à son encontre afin de le mettre sur la touche alors qu’il est pour le moment le seul candidat déclaré à la présidence du CSV, poste qu’il occupe depuis 2019.

C’est en tout cas un nouveau dossier épineux après celui de sa présence au sein du CA de Global Strategies Group Holding SA , puis ses déclarations très remarquées quant à l’imposition sur la fortune, les transactions financières ou encore les fonds d’investissement spécialisés, qui allaient dans le sens opposé de son parti .

Les cadres du parti se taisent tous

En réplique aux attaques actuelles, Engel a déjà prévenu qu’il porterait plainte pour diffamation contre ceux qui l’accuseront de comportement illégal.

Contactés, les cadres du parti ne souhaitent faire aucun commentaire. Frank Engel, pour sa part, annonce une conférence de presse avant la fin de la semaine. 

Le CSV semble en tout cas connaître sa nuit des longs couteaux.