POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Nuitées au Luxembourg

Le bon de 50 euros a boosté le tourisme local



Le plébiscite du Luxembourg a certes été marqué en 2020, mais le phénomène semble peu enclin à s’inscrire dans la durée, observe le Statec. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Le plébiscite du Luxembourg a certes été marqué en 2020, mais le phénomène semble peu enclin à s’inscrire dans la durée, observe le Statec. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

En 2020, les nuitées touristiques au Luxembourg ont été multipliées par six du côté des résidents. Pour le Statec, il y a un effet lié au bon de 50 euros, mais des obstacles demeurent pour pérenniser le phénomène. Explications.

Le tourisme local se porte bien, merci pour lui: en 2020, 89.117 nuitées ont été comptabilisées au Grand-Duché de la part des résidents, soit six fois plus qu’en 2019, montrent des données du Statec publiées ce lundi.

Le choix du Luxembourg s’est porté au détriment d’autres destinations: les nuitées ont dégringolé de 63% du côté de l’Allemagne, de 53% en Espagne, de 37% au Portugal et de 32% en France, qui reste tout de même la première destination de proximité, avec 169.361 nuitées de la part des résidents.

Pour justifier cette volonté de voyager au sein du Grand-Duché, les résidents citent à 63% le bon de 50 euros octroyé l’été 2020 par le gouvernement , loin devant la volonté d’aider le tourisme local (42%) et la pandémie de Covid-19 (35%).

Mais une fois leur bon de 50 euros dépensé, où iront les touristes? Le Luxembourg ne semble en tout cas pas les avoir séduits: seuls 19% comptent remettre le couvert, tandis que 43% estiment qu’ils n’y reviendront pas.

Parmi ces réfractaires au tourisme local, près d’un sur deux (47%) explique que le Luxembourg ne possède pas ce qu’il recherche pour les vacances. «On peut dire que le Grand-Duché est perçu comme étant trop petit pour offrir les avantages d’une destination touristique attractive», conclut le Statec.

L’institut de statistiques souligne toutefois qu’il reste de la marge pour développer le tourisme local: près de la moitié des résidents n’a jamais passé un séjour de loisir avec nuitée dans le pays, et près d’un quart n’a jamais séjourné à moins de 300km du pays.

À noter, enfin, que le tourisme local se décline aussi en excursions d’une journée sans nuitée: leur nombre a gonflé de 57% sur l’année écoulée, à 2,2 millions d’unités. La première raison de ces sorties sont les activités sportives comme la randonnée et la marche, dont le succès ces derniers mois ne se dément pas . Ce motif est cité par les trois quarts des répondants, soit trois fois plus que les visites à la famille ou aux amis.