POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Moins de 25%

Les apps de traçage toujours aussi peu téléchargées



En Allemagne, la Corona-Warn-App a été téléchargée par moins d’un résident sur six. Insuffisant pour être réellement efficace, même si des experts disent que chaque aide est bienvenue. (Photo: Shutterstock)

En Allemagne, la Corona-Warn-App a été téléchargée par moins d’un résident sur six. Insuffisant pour être réellement efficace, même si des experts disent que chaque aide est bienvenue. (Photo: Shutterstock)

L’Australie (21,6%), la Turquie (17,3%) et l’Allemagne (14,4%) forment le podium des pays où une application de traçage est la plus téléchargée, selon Sensor Tower. Loin des 60% qui en font, selon des experts, un outil utile.

La scène est presque pénible, mercredi, lors de la conférence de presse du Premier ministre, Xavier Bettel (DP), et de la ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP). La femme la plus populaire du pays , saluée pour sa gestion de la crise du Covid-19, raconte comment les traçages des patients potentiellement infectés lors de fêtes trop «hasardeuses» se font «à la main» sans application, en fonction de ce que les personnes infectées racontent de leurs rencontres.

Des milliers de coups de téléphone pour tenter d’inviter d’autres personnes à envisager de se faire tester.

Combien de spectateurs de ce streaming du point presse du gouvernement auront alors pensé qu’une application de traçage pourrait amener davantage d’efficacité?

Probablement quelques-uns. Mais le gouvernement avait fermé la porte au lancement , au Luxembourg, d’un outil de ce type avant d’en étudier le déploiement à reculons avec un argument factuel: à moins de 60% de téléchargements et de paramétrage, aussi bien chez les résidents que chez les plus de 200.000 frontaliers, cette application ne serait pas très utile. Pire même, elle pourrait faire croire que l’on est en sécurité, alors qu’entre les asymptomatiques et ceux qui ne l’auraient pas téléchargée, un citoyen lambda pourrait être infecté en se croyant à l’abri.

128 millions de téléchargements en Inde

Selon une étude publiée par le cabinet américain Sensor Tower , dans les 13 pays de plus de 20 millions d’habitants qui ont autorisé le lancement d’une application de traçage, cette dernière est la plus populaire en Australie… avec seulement 21,6% de gens qui l’ont installée!

Les Australiens devancent les Turcs (17,3%) et les Allemands (14,4%), dont la Corona-Warn-App est aussi téléchargeable au Luxembourg . En nombre de téléchargements, l’Inde est largement devant avec 128 millions de téléchargements, ce qui ne fait jamais que 12,5% de la population. Au point que des applications «locales» ont émergé, ce qui complique encore la donne pour les autorités, alors que l’infection se propage à toute vitesse.

Le fiasco du jour est français puisque l’application a été téléchargée… par 3,1% seulement des résidents hexagonaux.

Avec un problème supplémentaire pour le Luxembourg: à quoi bon avoir une app nationale ou même avoir réglé les questions autour de la protection des données pour utiliser l’application allemande si les 200.000 frontaliers, qui franchissent nos frontières chaque jour, n’en utilisent aucune.

Une étude publiée par le Centre commun de recherche montre que la mobilité est responsable de beaucoup de contaminations et que le lockdown a été une bonne mesure . À partir des données de 14 opérateurs de téléphonie mobile dans 19 États membres, mais pas le Luxembourg, les chercheurs estiment la mobilité à l’origine de 52 à 92% de la surmortalité liée au Covid-19.

Pour des chercheurs luxembourgeois, l’app de traçage aura quand même une influence dans le temps. À chaque nouvelle vague et supplément d’adhésion populaire, les autorités se facilitent la vie dans la recherche des personnes en contact avec une ou plusieurs personnes infectées.