POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

Affaire Traversini

L’immunité de Carole Dieschbourg pourrait être levée



L’opposition accuse la ministre de l’Environnement de favoritisme dans l’affaire Traversini de l’abri de jardin, révélée en 2019. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne/archives)

L’opposition accuse la ministre de l’Environnement de favoritisme dans l’affaire Traversini de l’abri de jardin, révélée en 2019. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne/archives)

Le Parquet a transmis à la Chambre des députés le dossier concernant la ministre de l’Environnement, Carole Dieschbourg, suspectée par l’opposition de favoritisme dans l’affaire dit «de l’abri de jardin» de l’ancien député Roberto Traversini. La ministre souhaite la levée de son immunité.

Le dossier relatif à l’affaire dite « de l’abri de jardin de Roberto Traversini» vient de connaître de nouveaux développements. Il a en effet été transféré à la Chambre des députés, annonce le Parquet ce vendredi 22 avril dans un communiqué de presse.

Pour rappel, l’ancien bourgmestre de Differdange et député déi Gréng Roberto Traversini, qui a démissionné depuis , était mis en difficulté en 2019 suite à des révélations concernant une maison de sa commune qui lui a été léguée par un couple qu’il connaissait de longue date et dont il avait la tutelle. Une maison disposant d’un cabanon de jardin dans lequel le bourgmestre a entrepris des travaux d’assainissement sans avoir demandé d’autorisation auprès de l’Administration de la nature et des forêts, alors que ledit cabanon se situe sur une zone protégée Natura 2000. L’autorisation lui a été délivrée, mais a posteriori.

Une avancée sur le dossier Dieschbourg

C’est à ce niveau que la ministre de l’Environnement, du Climat et du développement durable, Carole Dieschbourg (déi Gréng), a été pointée du doigt. L’opposition voyant dans l’octroi de l’autorisation un traitement de faveur envers son camarade déi Gréng.

Le Parquet de Luxembourg a effectivement ouvert une information judiciaire sur les faits reprochés à Roberto Traversini. «Le dossier n’est pas encore clôturé», affirme un porte-parole de l’administration judiciaire sollicité par Paperjam. Seul le dossier impliquant le ministère de l’Environnement l’est. Il a été transmis en date du jeudi 21 avril 2022 au président de la Chambre des députés.

J’invite instamment le Parlement à approuver la levée de mon immunité.
Carole Dieschbourg

Carole Dieschbourg,  ministre,  Environnement

Cela signifie-t-il qu’il y a assez d’éléments à charge de la ministre? «Non, cela veut dire que la justice a fait une enquête et transmis les éléments à la Chambre des députés. C’est à elle de les analyser et décider s’ils sont pertinents ou non». Dans le premier cas, elle pourrait décider d’un renvoi en correctionnel, dans le second, d’un abandon des poursuites. «La Chambre des députés joue maintenant le rôle du Parquet, c’est à elle de dire la suite», résume-t-il.

Le Parquet rappelle qu’en «application des articles 82 et 116 de la Constitution, seule la Chambre des députés a le pouvoir discrétionnaire d’accuser un membre du Gouvernement».

Vers une levée de l’immunité

Pour cela, l’immunité ministérielle de Carole Dieschbourg doit être levée. Ce qu’elle demande d’ailleurs au président de la Chambre. «Hier, le ministère public a adressé une demande officielle au Parlement pour lever mon immunité», explique-t-elle dans un communiqué de presse. «Pour que moi, en tant que membre du Gouvernement, je puisse être entendu par les enquêteurs». La décision de la levée ou non sera prise «à la majorité simple des voix en séance publique de la Chambre».

«Depuis 2019, personnellement et par l’intermédiaire de mon avocat, j’ai souligné à plusieurs reprises que je soutiens cette enquête. Il ne fait donc aucun doute dans mon esprit que la levée de mon immunité est la bonne voie. En réponse à cette demande, j’adresse donc une lettre au président de la Chambre des députés, dans laquelle j’invite instamment le Parlement à approuver la levée de mon immunité.»