LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Bien-être

consommation

Les vélos parmi les achats coup de cœur du déconfinement



Les ventes de vélos, ici aux Cycles Arnold Kontz, explosent avec le déconfinement. (Photo: Nader Ghavami)

Les ventes de vélos, ici aux Cycles Arnold Kontz, explosent avec le déconfinement. (Photo: Nader Ghavami)

Vélos, climatiseurs, produits pour le barbecue… Quels sont les articles les plus courus du déconfinement? Tour d’horizon chez quelques revendeurs.

Les produits de cuisine et de bricolage avaient été plébiscités au moment du confinement, synonyme d’activité à domicile. Avec le déconfinement, les consommateurs ont-ils d’autres envies? Tour d’horizon de secteurs susceptibles de tirer profit d’une reprise de l’activité et d’une météo clémente qui invite aux activités en extérieur.

Et la période serait propice à l’achat de vélos. Entre ceux qui souhaitent éviter les transports en commun pour retourner au travail et ceux qui profitent de leur temps libre pour reprendre le sport, leur succès est fulgurant.

Les ventes ont doublé depuis la fin du confinement chez Dream Bike Shop, magasin de deux-roues à Bettembourg. «Nous vendons entre 10 et 20 vélos par jour, c’est énorme pour une petite boutique comme la nôtre», commente Laurent Wack, son gérant. «Nous avons de la chance que notre fournisseur, Scott, ait encore du stock.»

Succès similaire pour  Cycles Arnold Kontz dans le quartier Gare de la capitale. «C’est de la folie», résume  Romain Rayeur, vendeur. Les ventes ont «commencé à exploser» dès le début du confinement. Le magasin continuait de fournir ses clients pendant la période. «Nous avons commandé tout ce que nous pouvions, nous espérons tenir la saison niveau stock.» Ce sont les vélos électriques et les premiers prix qui attirent le plus.

Clims et écrans géants

Dans les magasins d’électroménager, on vend «toujours beaucoup d’informatique avec la poursuite du télétravail», constate Simon de Wasseige, directeur d’Hifi International. Ordinateurs portables, écrans, imprimantes… Les ventes sont plus importantes qu’habituellement à cette période de l’année.

«Il y a une bonne reprise sur les téléviseurs, surtout les grands écrans. Peut-être parce que les cinémas étaient fermés.» La tendance cuisine du confinement se poursuit: «Robots, extracteurs de jus, machines à café…», liste Simon de Wasseige. Depuis sa réouverture, il vend aussi plus de climatiseurs. «D’habitude, ça commence plutôt en juin-juillet. Je pense que les personnes en télétravail souhaitent retrouver le confort qu’ils ont au bureau.»

Retour à la normale dans les grandes surfaces

Dans les grandes surfaces, «on connaît une hausse des ventes de produits pour le barbecue, comme les viandes, les snacks salés», révèle Delhaize Luxembourg sans donner de chiffres exacts. «Cela peut être dû à un double effet, météo et déconfinement.» L’enseigne belge note en revanche «encore plus de ventes de produits de nettoyage que pendant le confinement.»

Chez Auchan Luxembourg, «suite à la réouverture de nos stands traditionnels (aux alentours du 11 mai), nous notons une augmentation des ventes en boucherie de 20% par rapport aux mois précédents. Par rapport à l’an dernier, le chiffre d’affaires de notre rayon boucherie est équivalent. En non-alimentaire, le textile est en progression de 30% par rapport aux mois précédents et encore une fois, le chiffre d’affaires du secteur est équivalent à celui de l’an dernier, ce qui laisse à penser que nous retrouvons petit à petit une situation normale en ce qui concerne les habitudes de consommation de nos clients.»

Cactus estime de son côté qu’il est encore trop tôt pour identifier des tendances signifiantes. «À ce stade, nous pouvons dire que les conserves de poisson/de viande, les gels hydroalcooliques et les produits de désinfection et de nettoyage se vendent toujours très bien.» Ici aussi, les comportements reviennent à la normale: «Le papier toilette est en baisse.»

Pendant le confinement, l’indice des prix à la consommation a augmenté sur les produits alimentaires et sur les boissons non alcoolisées, passant de 110,52 en mars à 112,27 en avril selon la Statec, même si l’indice général a baissé de 106,04 à 105,98. Il a aussi augmenté de 0,62% en avril 2020 par rapport à avril 2019.

Reste à voir si après le bon de 50 euros pour une nuit d’hôtel , le gouvernement mettra en place d’autres aides pour relancer la consommation.