PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

LES PERSONNALITÉS DE LA PLACE VERTE (3/10)

«Prendre systématiquement en compte le risque de durabilité»



Pour Nathalie Dogniez, «il n’y a pas, d’un côté, les investissements compliant, et de l’autre, les investissements non compliant».  (Photo: Olivier Dessy)

Pour Nathalie Dogniez, «il n’y a pas, d’un côté, les investissements compliant, et de l’autre, les investissements non compliant». (Photo: Olivier Dessy)

De nombreuses personnalités agissent au sein de la place financière sur les problématiques ayant trait à la finance durable. Cette semaine, Nathalie Dogniez, partner et sustainable finance leader chez PwC Luxembourg, nous fait part des convictions qui l’animent.

Quel a été le déclic qui vous a poussée à travailler dans le domaine de la finance durable?

Nathalie Dogniez. – «Il y a un peu plus de 20 ans, j’ai découvert les fonds de microfinance. Ce fut le déclic: le secteur financier, et les fonds en particulier, pouvait contribuer activement et positivement au développement du tissu social et économique de communautés défavorisées en finançant les micro-entrepreneurs.

Dans la foulée, je me suis passionnée pour les fonds SRI (socialement responsables), dont l’approche ESG (environnementale, sociale et de gouvernance) rencontrait mes convictions environnementales. J’ai suggéré à l’Alfi de créer un groupe de travail SRI, que j’ai eu le plaisir de présider pendant quelques années.

Nous étions un petit groupe de passionnés, et je me souviens de nos longues et acharnées discussions afin de définir le concept ‘SRI’. Cela nous a pris plus d’un an, et nous sommes arrivés à la conclusion qu’il était nécessaire d’apporter plus de clarté aux investisseurs, à travers un label. Le concept de Luxflag était né!

Quelles sont vos convictions en matière de finance durable?

«Je me souviens d’avoir écrit en 2008 que la crise financière appelait une autre approche de la finance et que les investissements responsables, grâce à leur approche long terme et holistique (et non pas uniquement focalisée sur la performance boursière à court terme), s’imposaient naturellement comme réponse à cette crise.

Je m’étais juste trompée d’une dizaine d’années! Nous assistons maintenant à la vraie révolution durable, avec une prise en compte systématique des facteurs (et risques) non financiers dans les décisions d’investissement.

Cette prise en compte systématique des risques de durabilité dans l’ensemble des portefeuilles (et non pas seulement les produits verts ou à impact), couplée à une démarche d’engagement avec les sociétés investies, peut fondamentalement transformer l’activité économique européenne et mondiale, rendant le financement des sociétés qui négligent les aspects de durabilité beaucoup plus difficile et onéreux.

Il n’y a pas une définition ou une approche ESG universelle: il importe avant tout que l’approche d’investissement proposée rencontre les préférences et les valeurs de l’investisseur.
Nathalie Dogniez

Nathalie Dogniez,  partner et sustainable finance leader,  PwC Luxembourg

Quel est votre thème de travail de prédilection, ou votre thème de «combat» favori?

«On me demande souvent de définir le concept ‘ESG compliant’. Les mots ESG et compliant sont antinomiques pour moi. Il n’y a pas, d’un côté, les investissements compliant, et de l’autre, les investissements non compliant.

La prise en compte des facteurs de durabilité au niveau de la gestion et du suivi des risques s’impose comme une démarche qualitative, à coupler avec une politique d’engagement.

Par ailleurs, il n’y a pas une définition ou une approche ESG universelle: il importe avant tout que l’approche d’investissement proposée rencontre les préférences et les valeurs de l’investisseur. Par exemple, un investisseur motivé par des préoccupations écologiques peut être indifférent à un investissement dans le secteur de l’alcool.

Une personnalité qui vous inspire au quotidien?

«Depuis toujours, Simone Veil est mon modèle: elle a réussi à transcender les difficultés rencontrées durant son adolescence pour porter un grand rêve, le rêve européen. Il nous appartient maintenant d’amener ce grand projet au niveau suivant: une Europe durable.

Un investissement «durable» à recommander?

«Comme je l’ai mentionné ci-dessus, la notion de durabilité est une notion personnelle. Il appartient à chacun de sélectionner un investissement en fonction de son échelle de valeurs personnelles. C’est pourquoi la transparence de l’approche de durabilité d’un produit financier est un élément-clé!»