ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

carte blanche

«Prendre un rendez-vous beauté en quelques clics»


Retour au dossier

Lancée au Luxembourg en 2017 et incubée au Luxembourg-City Incubator, un incubateur situé à la House of Startups et lancé par la Chambre de Commerce, la start-up Salonkee propose un service de réservation de rendez-vous beauté en ligne. Forte de son succès au Grand-Duché grâce à un écosystème favorable, elle vient de partir à la conquête des marchés belge et suisse.

Grâce à sa plate-forme de réservation en ligne, Salonkee permet aux utilisateurs d’effectuer leurs réservations de rendez-vous beauté 24h sur 24 et 7 jours sur 7. En quelques clics, l’utilisateur crée un compte et accède aux différents salons (coiffeur, institut de beauté, bien-être, etc.) et services désirés. Il peut ainsi vérifier la disponibilité de son prestataire et choisir l’horaire qui lui convient.

«Nous avons deux types de clients: les utilisateurs qui prennent leur rendez-vous en ligne, et les salons à qui nous fournissons un calendrier digital, le management de leurs stocks ainsi qu’une base de données clients», explique le CEO, Tom Michels. Grâce à Salonkee, les professionnels peuvent également élargir leur clientèle puisqu’ils sont disponibles en dehors de leurs heures d’ouverture pour la prise de rendez-vous. En trois ans, la plate-forme a géré plus de 2,5 millions de réservations.

Nous savions dès le début que nous devions aller à l’international pour faire croître notre entreprise.
Tom Michels

Tom Michels,  CEO,  Salonkee

Grâce à son écosystème favorable aux start-up et à des projets fédérateurs de la Chambre de Commerce tels que la House of Startups, Luxembourg a été l’endroit idéal pour lancer l’entreprise. La start-up, qui a aussi bénéficié du programme d’accélération Fit4Start de Luxinnovation, est passée rapidement de 4 à 16 collaborateurs . Elle a naturellement pu compter sur le soutien du Luxembourg-City Incubator de la Ville de Luxembourg pour la mise à disposition de locaux. «Nous savions dès le début que nous devions aller à l’international pour faire croître notre entreprise», précise le CEO.