POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

pandémie

Une précommande de 300 millions de doses de vaccin



L’annonce des résultats de la phase 3 du vaccin Pfizer-BioNTech a suscité des espoirs immenses. (Photo: Shutterstock)

L’annonce des résultats de la phase 3 du vaccin Pfizer-BioNTech a suscité des espoirs immenses. (Photo: Shutterstock)

La Commission européenne a approuvé, mercredi, une précommande pouvant aller jusqu’à 300 millions de doses du futur vaccin contre le Covid-19 de Pfizer et BioNTech. 420.000 seront réservées au Luxembourg.

Le feu vert a été donné par la Commission européenne à une précommande de vaccins, pouvant aller jusqu’à 300 millions de doses, auprès des sociétés Pfizer et BioNTech. Le vaccin produit par ces deux firmes suscite des espoirs immenses depuis que les résultats de la phase 3 de test ont été révélés et montreraient une efficacité de 90%. Ce qui a eu des effets immédiats sur les principales bourses à travers le monde.

«C’est le vaccin le plus prometteur jusqu’à présent», a indiqué la commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides. Pfizer et BioNTech ont indiqué pouvoir déjà livrer 100 millions de doses à la fin de cette année.

Le quatrième contrat passé, deux autres vont suivre

Il s’agit ici du quatrième contrat de précommande de la Commission, qui a déjà des engagements avec la suédo-britannique AstraZeneca, l’américaine Johnson & Johnson (jusqu’à 400 millions de doses auprès de chacune), ainsi qu’avec Sanofi-GSK (jusqu’à 300 millions de doses). D’autres suivront encore, puisque des accords préliminaires ont déjà été conclus avec l’allemande CureVac et l’américaine Moderna. Des contrats qui se réalisent si accord de l’Agence européenne du médicament.

La Commission négocie les contrats avec les groupes pharmaceutiques au nom des États membres, mais ensuite, elle se retourne vers eux pour savoir s’ils acceptent, oui ou non, d’acheter la quantité de doses qui leur est réservée et qui a été calculée au prorata de leur population. Pour le Luxembourg, c’est un total de 420.000 doses qui a été prévu.

Restera aussi à passer d’autres obstacles, dont celui de la logistique . Mais Cargolux présente déjà des pistes de solution. La cellule de crise du gouvernement travaille actuellement, très discrètement, sur les protocoles de vaccination, la formation du personnel et le transport des produits.