PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Institutions

La LSFI, future pierre angulaire de la finance durable



Nicoletta Centofanti, Claire de Boursetty et Maria Tapa, le trio aux commandes de la LSFI. (Photo: DR)

Nicoletta Centofanti, Claire de Boursetty et Maria Tapa, le trio aux commandes de la LSFI. (Photo: DR)

La Luxembourg Sustainable Finance Initiative a été mise en place début 2020 par l’État luxembourgeois pour centraliser l’information en matière de finance durable. Et renforcer le rôle de hub que le Luxembourg veut jouer dans ce domaine.

Sans être pour autant déjà dans tous les portefeuilles, la finance durable est de tous les débats et de toutes les promesses de développement du secteur financier européen. Au Luxembourg, elle est aussi dans les objectifs du gouvernement, qui ambitionne de devenir un véritable hub européen de la finance durable.

Différents outils, comme l’agence de labellisation Luxflag et le Luxembourg Green Exchange de la Bourse de Luxembourg , lui ont déjà conféré un certain renom. Mais de nombreuses actions doivent encore être initiées par l’ensemble des acteurs.

Un des problèmes est que le sujet est vaste, complexe et parfois utilisé à mauvais escient. D’où la nécessité d’informer correctement les investisseurs, mais aussi les acteurs de la finance, qui sont encore loin de maîtriser les enjeux de cette discipline d’un nouveau type.

Ce besoin, le Luxembourg l’a ressenti dès la fin de la dernière décennie. Le gouvernement y a répondu en mettant en place, en janvier 2020, la Luxembourg Sustainable Finance Initiative (LSFI). Une association sans but lucratif portée sur les fonts baptismaux par les ministères des Finances et de l’Environnement – ses deux donateurs –, Luxembourg for Finance et le Conseil supérieur pour un développement durable.

Depuis, la LSFI se construit brique par brique et son équipe de trois personnes entame ses premières missions. «Notre grand objectif est de devenir le point central en matière d’information sur la finance durable au Luxembourg», résume Claire de Boursetty, sa directrice générale.

L’association est donc là pour orienter les personnes intéressées par la finance durable, mais aussi en faire la promotion. «Notre stratégie est basée sur trois piliers», explique la responsable, précisant que la LSFI, 18 mois après son acte officiel de naissance, est toujours un outil en phase d’assemblage.

Sa première mission consiste à promouvoir et assurer une meilleure connaissance de la finance durable. Elle a donc entamé son travail par la mise en place d’outils de communication (site web, newsletter, webinaires, etc.) pour les professionnels comme pour le grand public.

Recenser et orienter

Dans un second temps, elle entend analyser les besoins et mettre en place différentes actions. «Nous faisons par exemple en sorte que les acteurs puissent se mettre à jour en matière de réglementation, mais aussi qu’ils soient informés de toutes les formations qui existent en matière de finance durable et puissent choisir celle qui leur convient», détaille Claire de Boursetty.

Le troisième pilier vise à mesurer les progrès effectués par les acteurs de la place financière dans ce domaine en misant sur l’aspect des données. En 2021, la LSFI a fait le choix de collaborer avec le think tank 2 Degrees Investing Initiative. Celui-ci propose des outils de mesure en open source et aidera les acteurs à mesurer le caractère durable de leur portefeuille d’investissement.

Mais, au quotidien, l’association profite de toute occasion pour mettre en avant les tenants et aboutissants de la finance durable, qui reste une grande inconnue pour beaucoup malgré son succès d’estime.