POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Covid-19

Le large scale testing est-il en saturation?



Environ 6.000 tests PCR sont réalisés chaque jour dans le cadre du large scale testing, loin des 20.000 prélèvements annoncés initialement. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

Environ 6.000 tests PCR sont réalisés chaque jour dans le cadre du large scale testing, loin des 20.000 prélèvements annoncés initialement. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

Depuis quelques jours, il semble difficile, voire impossible, d’obtenir un créneau horaire pour passer un test de dépistage du Covid-19 dans certaines des huit stations du dépistage généralisé.

«Aucune date n’est disponible, veuillez changer de période ou de centre d’examen», renseigne un message dans un encadré rouge sur le portail Covidtesting.lu. Ce message, nombreux sont les utilisateurs du site www.covidtesting.lu à le voir s’afficher sur leur écran ces derniers jours lorsqu’ils tentent de prendre rendez-vous pour se faire dépister gratuitement du Covid-19 dans le cadre du large scale testing.

Un petit essai ce vendredi matin sur le portail laisse les utilisateurs désireux de se faire tester à Bascharage, Grevenmacher, Howald et Steinfort sur leur faim: aucun créneau n’est disponible pour ces centres pour tout le mois de décembre.

Au P+R Bouillon, une seule tranche restait disponible le 7 décembre, et quelques fenêtres étaient visibles dans le courant de la semaine prochaine à Esch (rond-point Raemerich) et Roost. Finalement, la station de Parc Hosingen laissait des disponibilités du 7 au 12 décembre.

Aucune disponibilité en décembre n’était affichée vendredi matin pour les stations de Bascharage, Grevenmacher, Howald et Steinfort. (Capture: Maison Moderne)

1 / 2

C’est à la station de Parc Hosingen que davantage de disponibilités s’affichent. (Capture: Maison Moderne)

2 / 2

«Il n’y a pas de saturation, il y a une forte occupation», répond Jean-Claude Schmit, directeur de la Santé et médecin en charge des tests et traitements.

Pourtant, les rapports journaliers du ministère de la Santé font état d’environ 6.000 tests PCR réalisés dans le cadre du large scale testing, loin des 20.000 opérations quotidiennes annoncées à l’entame de ce programme .

Il faut dire que le nombre de stations de test a, pour sa part, diminué, puisqu’il est passé de 17 à 8 unités. Jean-Claude Schmit reconnaît qu’«aujourd’hui, la population est beaucoup plus sensibilisée à se faire tester, c’est cela qui joue aussi». Davantage de demandes, donc, et pour y répondre, 220 personnes sont mobilisées par Spring Professional et Adecco, entreprise en charge du recrutement et de la gestion RH dans cette opération.

«Sous 48 heures maximum, vous avez un slot horaire»

«Certains sites sont plus demandés que d’autres, ainsi que certaines tranches horaires», observe Julie Hornberger, manager chez Spring Professional Luxembourg, ayant le statut de project manager avec Sandrine Jeancolas pour le compte d’Ecolog, société chargée du volet opérationnel du LST.

«À l’heure actuelle, si vous décidez de vous faire tester parce que vous avez reçu votre voucher, sous 48 heures maximum, vous avez un slot horaire», assure notre interlocutrice.

Alors, y aurait-il une pénurie de personnel pour réaliser ces tests PCR? «Pour le moment, bien qu’on soit sur un marché tendu, on arrive à faire face au besoin que notre client Ecolog nous demande», avance Julie Hornberger. Spring Professional dit avoir une réserve de recrutement équivalant à 10% des effectifs mobilisés pour combler sans délai des départs ou arrêts maladie.

Pour réaliser les tests, l’entreprise Adecco, en charge de l’intérim, dit rechercher des profils de personnes dotées d’un diplôme d’infirmier et de l’autorisation d’exercer au Luxembourg. Au niveau linguistique, la connaissance du français et de l’anglais est requise. Cela amène des travailleurs de la Grande Région, mais aussi de contrées un petit peu plus éloignées, comme le Sud de la France, voire la Roumanie, confirme Spring Professional, qui précise toutefois que celles-ci représentent moins de 5% du personnel mobilisé.

Nous travaillons en partenariat avec l’Adem, des écoles d’infirmières, le réseau d’Adecco, mais aussi la réserve sanitaire.

Julie Hornberger,  manager,  Spring Professional

«Nous travaillons en partenariat avec l’Adem, des écoles d’infirmières, le réseau d’Adecco, mais aussi la réserve sanitaire», insiste Julie Hornberger.

Quoi qu’il en soit, il faut faire preuve de patience – en ce moment, du moins – pour répondre à l’invitation la plus importante de l’année, comme l’écrivent le LST et le ministère de la Santé dans leur campagne de sensibilisation.