ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Nouvelle offre

Kinepolis propose des jeux vidéo sur grand écran



Après le film privatisé, place au jeu vidéo privatisé dans les salles Kinepolis. (Photo: Matic Zorman / Maison Moderne)

Après le film privatisé, place au jeu vidéo privatisé dans les salles Kinepolis. (Photo: Matic Zorman / Maison Moderne)

Pour 199 euros, l’exploitant de salles de cinéma invite les particuliers à apporter leur console pour jouer durant 3 heures à des jeux vidéo sur grand écran.

L’exploitant de salles de cinéma étoffe son offre Kinepolis Privé avec Kinepolis Play, annonce-t-il ce mardi. Le principe? Pour 199 euros, il est désormais possible de privatiser une salle de cinéma durant 3 heures et d’y apporter sa console (PS4 & 5, Nintendo Switch ou Xbox) pour y jouer, seul, entre amis ou collègues, sur grand écran.

«Je pense que les restrictions de capacité en vigueur font que ce projet se prête particulièrement bien à cette période», commente Christophe Eyssartier, responsable du groupe Kinepolis au Luxembourg.

Bien entendu, les normes sanitaires mises en place depuis la réouverture des cinémas restent en vigueur: 10 personnes maximum dans la salle, port du masque obligatoire, interdiction de consommer nourriture et boissons.

En panne de nouveaux contenus

L’exploitant fait face actuellement à une situation inédite  où les salles obscures sont fermées dans de nombreux pays européens, dont la France, la Belgique et l’Allemagne, pourtant grands pourvoyeurs de nouveaux contenus pour les grands écrans.

«Les distributeurs sont dans l’attente de la réouverture dans ces pays. Aux États-Unis, qui constituent le plus grand marché, les cinémas ont rouvert et on voit que les studios s’activent à produire de nouveaux contenus», ajoute notre interlocuteur.

En attendant que la situation se débloque et que les restrictions en termes de fréquentation des cinémas se lèvent progressivement, Kinepolis Luxembourg remanie son offre avec, à côté des films toujours à l’affiche, un produit axé sur les gamers, mais aussi celui lancé en février dernier qui permet de privatiser une salle de cinéma pour 199 euros.

Nous étions souvent aux 2/3 des capacités réservées pour Kinepolis Privé.

Christophe Eyssartier,  responsable Luxembourg,  Kinepolis

«On a eu un démarrage très rapide: sur les 21 créneaux quotidiens disponibles, nous étions souvent aux 2/3 des capacités réservées pour Kinepolis Privé», évoque Christophe Eyssartier, qui admet toutefois que la demande s’est «un peu calmée, peut-être à cause des congés scolaires».

En tout cas, la formule lancée au Luxembourg et également de mise aux États-Unis devrait prochainement être déclinée côté belge, une fois que la réouverture des cinémas sera autorisée.

Et de préciser que cette offre de privatisation fait pour l’heure commercialement du sens puisque les capacités d’accueil des salles restent restreintes depuis la réouverture du 13 janvier dernier. Une fois que ça ne sera plus le cas, la question du coût d’opportunité viendra à se poser.

Kinepolis exploite trois complexes au Grand-Duché situés au Kirchberg, au Limpertsberg et à Esch/Belval. Ils emploient une soixantaine de salariés.