PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Mon premier salaire (8/10)

Jerry Grbic: «104.000 LUF à la BIL»



Jerry Grbic, directeur général de Fortuna, a gagné ses premiers francs en préparant des plateaux-repas chez Cargolux. (Photo: Patricia Pitsch - Maison Moderne/archives)

Jerry Grbic, directeur général de Fortuna, a gagné ses premiers francs en préparant des plateaux-repas chez Cargolux. (Photo: Patricia Pitsch - Maison Moderne/archives)

Quel a été le premier salaire des dirigeants de la place financière? Qu’en ont-ils fait et quelle expérience en ont-ils retirée? Paperjam.lu a posé la question à une dizaine de personnalités du secteur. Cette semaine: Jerry Grbic, directeur général de la banque luxembourgeoise Fortuna.

Vous souvenez-vous du montant de votre premier salaire? 

Jerry Grbic . – «J’ai commencé ma carrière en 1996 à la BIL. Mon premier salaire était de 104.000 francs luxembourgeois (environ 2.500 euros). La BIL offrait un programme de développement aux jeunes universitaires permettant de toucher aux différents métiers avant d’intégrer un service. Après quelques stages en interne, j’ai rejoint la salle des marchés.

Quelle a été votre première activité rémunérée, et quelle expérience vous a-t-elle apporté?

«C’était un job d’étudiant chez Cargolux, j’ai travaillé dans le catering pour les équipages. C’était très excitant, je devais préparer les trolleys et les installer ensuite à bord des avions. À l’arrivée des avions, je devais enlever toute nourriture et boisson avant que les équipes de nettoyage et les mécaniciens montent à bord; le tout dans un timing serré.

J’ai appris que le travail en équipe est important. La préparation des avions nécessite l’intervention de beaucoup de monde. Des mécaniciens aux équipes de nettoyage, chacun a son importance dans la réussite d’une entreprise. Dans une société, chaque personne est importante et chaque effort individuel contribue à la réussite du collectif.

Quel est le premier «cadeau» que vous vous êtes offert avec vos premiers salaires? Pour quel montant?

«Avec mon premier salaire, j’ai invité mes parents au restaurant pour les remercier d’avoir financé mes études. J’étais très fier de pouvoir payer la facture du restaurant. Le reste a été intégralement déboursé pour des costumes, chemises et cravates dont j’avais besoin pour mon travail. J’avais organisé un aller-retour avec des amis à Metzingen en Allemagne pour nous approvisionner en gros dans un magasin d’usine.

Aujourd’hui, êtes-vous plutôt cigale ou fourmi?

«Je suis plutôt fourmi avec des moments de type cigale pour me faire plaisir. Cependant, je prête toujours beaucoup d’attention à la contre-valeur offerte pour mon argent. Il doit s’agir d’une déformation professionnelle.   

Avez-vous une devise par rapport à l’argent?

«‘Il est bien d’en avoir, mais il ne faut pas courir derrière.’ En tant que banquier, j’ai rencontré des gens aisés qui ont été malheureux. Mais il est évident qu’avoir des réserves financières procure un sentiment de sécurité.»