PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Résultats groupe 2020

ING sauve les meubles, mais son bénéfice fond de moitié



Le groupe bancaire basé à Rotterdam se réjouit de voir de nouveaux clients le rejoindre dans son offre de produits d’investissement. (Photo: Shutterstock)

Le groupe bancaire basé à Rotterdam se réjouit de voir de nouveaux clients le rejoindre dans son offre de produits d’investissement. (Photo: Shutterstock)

Au cours de l’année 2020, le groupe bancaire néerlandais ING a vu son bénéfice net fondre de 48%. La pandémie a produit ses effets, mais les chiffres reflètent aussi des coûts d’opérations internes de restructuration.

Au fur et à mesure que les grandes banques européennes livrent leurs résultats pour l’année 2020, les effets de la pandémie de coronavirus sur l’économie peuvent être confirmés. La banque néerlandaise ING, qui a publié son bilan de santé annuel pour le groupe ce vendredi 12 février, insiste effectivement sur la diminution des prêts accordés aux particuliers et entreprises, mais aussi sur la hausse de l’épargne.

Par rapport à l’année 2019, ING affiche un bénéfice net en chute de 48% (2,485 milliards d’euros, contre 4,8 milliards). Elle prévoit toutefois de verser un dividende de 0,12 euro par action.

Sur l’ensemble de l’année, l’octroi de prêts a chuté de 2,5 milliards. Au total, les revenus des intérêts ont été réduits de 3,4%, à 13,6 milliards. Sur la même période, les dépôts des clients ont augmenté de 41,4 milliards. Preuves que les lockdowns ont réduit la propension globale à dépenser.

La banque constate donc une diminution des investissements l’an dernier à cause de la pandémie et des risques qu’elle a fait ressentir dans la tête des entrepreneurs, comme des ménages.

Le nombre de clients en hausse

Les frais opérationnels de l’institution ont par contre augmenté de 7,7%, à 11,1 milliards. Cette augmentation est notamment liée à des provisions pour restructuration dans certaines entités. La banque a en effet annoncé son intention de supprimer un millier d’emplois dans le monde .

Du côté des bonnes nouvelles, le nouveau CEO du groupe, Steven van Rijswijk, note une augmentation de la clientèle, surtout pour les produits d’investissement. Résultat: une croissance des revenus de commission de 5%, qui leur permet de dépasser les 3 milliards d’euros.