ENTREPRISES & STRATÉGIES — Finance & Légal

Rentrée et télétravail

Deloitte Luxembourg: au bureau, seulement si c’est utile



Stephan Tilquin et Pascal Martino détaillent l’agenda de retour au bureau avant la rentrée. (Photos: Deloitte Luxembourg; Montage: Maison Moderne)

Stephan Tilquin et Pascal Martino détaillent l’agenda de retour au bureau avant la rentrée. (Photos: Deloitte Luxembourg; Montage: Maison Moderne)

Deloitte Luxembourg veut passer à un modèle où les employés viennent au bureau uniquement lorsque des échanges avec leurs collègues le demandent. À la rentrée et en attendant un assouplissement des mesures de distanciation sociale, ce ne devrait être possible qu’une semaine sur deux.

Fin août ne sera pas de tout repos pour les équipes en charge des ressources humaines chez Deloitte Luxembourg. Le cabinet d’audit prépare sa deuxième rentrée Covid, sous de nouvelles règles.

«Avant la crise, un résident pouvait déjà télétravailler cinq jours par semaine», rappelle Stephan Tilquin , talent leader au sein du cabinet. Les frontaliers étaient limités à 25% de leur temps, seuil au-dessus duquel ils devraient s’affilier à la sécurité sociale de leur pays de résidence . Mais depuis le lancement en 2018, le télétravail n’était utilisé qu’«un à deux jours par mois», admet-il.

«La démonstration dans laquelle nous étions avant le Covid s’est faite toute seule.» En mars 2020, les équipes sont passée à 100% de télétravail. Jusqu’en septembre, où elles ont été coupées en trois groupes, invités à venir au bureau une semaine sur trois, s’ils le souhaitaient. «C’est toujours le mode sur lequel nous sommes.» Résultat: depuis un an, un taux de présence d’environ un quart du personnel total. «Nous avons eu des pics au-dessus, sans jamais atteindre le tiers.»

De trois à deux groupes

À partir du 15 septembre, «nous allons sans doute basculer vers une rotation sur deux groupes», annonce Stephan Tilquin. Toujours sur base volontaire. Leur composition n’a pas encore été décidée.

La direction avait d’abord communiqué sur la possibilité pour toutes les équipes de revenir au bureau. «Mais si les recommandations du gouvernement restent, comme aujourd’hui, avec notamment la distanciation sociale, ce ne sera pas possible.» La prochaine étape dépendra donc des annonces à venir.

En passant à deux groupes, «nous voulons apporter un souffle nouveau», justifie Stephan Tilquin. En ce moment, «il n’y a pas la même dynamique à venir au bureau. Nous allons nous tourner vers nos responsables d’équipes pour qu’ils insufflent de revenir quand il y a un intérêt à le faire», pour travailler avec ses collègues. «On pense au climat. Un déplacement pour se mettre derrière son PC, ce n’est pas nécessaire», complète Pascal Martino , human capital leader.

Des équipes rassemblées à la Cloche d’Or

Cette philosophie concerne aussi bien la rentrée que l’après-Covid. La seule limite restant la sécurité sociale des frontaliers, quand le nombre de jours ne sera plus gelé pour raisons sanitaires . Pour prouver que le télétravail restera, Stephan Tilquin affirme: «Pour que tout le monde soit basé dans le même bâtiment, on compte sur le télétravail.»

Car l’équipe dédiée à l’industrie financière quitte  ses locaux de Belval pour rejoindre le siège de 31.000 m2 à la Cloche d’Or. «Les gens seront moins présents mais se retrouveront au même endroit.»

L’antenne à la frontière française restera disponible comme «alternative au travail à la maison ou pour des projets pour lesquels les équipes veulent se retrouver dans un espace dédié.» Et comme ‘sécurité’. «Si un jour tout le monde vient, on va atteindre une limite.» Grâce à Belval, «nous nous assurons que tout le monde aura un bureau». Même si, «avec les congés, les rendez-vous extérieurs, cela n’arrivera pas», relativise Pascal Martino.

L’effectif de 2.180 salariés devrait rester stable. «Ce qui n’empêche pas notre entreprise de continuer à développer son chiffre d’affaires, grâce à la valorisation des services et le développement technologique dans nos métiers».