LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Sorties

vie quotidienne

Ce qui reste autorisé et ce qui ne l’est plus en cas de pandémie



Une balade dans les bois? Oui, mais en gardant ses distances. (Photo: Shutterstock)

Une balade dans les bois? Oui, mais en gardant ses distances. (Photo: Shutterstock)

Face à l’épidémie de coronavirus, le gouvernement a pris une série de mesures dimanche et mardi. L’état de crise, officiel depuis ce mercredi, devrait en permettre d’autres, si nécessaire. Voici ce qui reste autorisé et ce qui ne l’est plus.

«Nous nous trouvons dans une situation exceptionnelle et extraordinaire. Une situation que nous n’avons jamais eue au Luxembourg. Le plus important est de freiner et limiter la propagation du virus. Nous luttons contre ce virus et devons surtout protéger les plus vulnérables de notre société. Nous avons tous cette responsabilité»,  a indiqué le Premier ministre Xavier Bettel  (DP), mardi, à la Chambre.

Il demande donc à chacun de rester chez soi en évitant les contacts sociaux . Mercredi soir, il a redemandé à chacun de faire preuve de responsabilité et de limiter ses déplacements à ceux qui sont indispensables. Dans le cas contraire, la sanction pourra être de 145 euros.

Alors que restaurants, cafés et commerces ferment, que les chantiers seront arrêtés au plus tard vendredi, que toutes les manifestations publiques sont annulées, qu’ un hôpital a déclenché le stade 2 de son plan d’organisation  interne, que la France, la  Belgique  et l’Allemagne ont pris des mesures radicales, au Luxembourg, certains se posent donc encore des questions quant à ce qu’on peut encore faire, ne pas faire, et ce qui est juste déconseillé.

Est-ce que je peux effectuer des déplacements?

Si le syndicat LCGB a réclamé un couvre-feu clair, tout comme  Martine Hansen , chef de la fraction CSV, ce n’est pas encore le cas. Néanmoins, en vertu d’une loi de 1885, le gouvernement a décidé de limiter les déplacements des résidents à ceux qui sont indispensables. Sous peine d’une sanction de 145 euros.

Mais tant le Premier ministre que le personnel de santé appellent surtout au bon sens et à prendre ses responsabilités.  Avec un seul mot d’ordre: restez à la maison!

Comme le souligne  le site internet du ministère de l’Économie , et comme l’a répété Xavier Bettel mercredi, il reste possible de circuler en cas de force majeure ou de nécessité absolue, pour aider des tiers ou des personnes vulnérables, pour l’achat de produits pharmaceutiques ou pour se rendre vers une unité de soins.

Est-ce que je peux aller faire mes courses?

On peut toujours circuler sur la voie publique pour effectuer ses courses alimentaires. Et effectuer celles de personnes vulnérables que l’on aide. Des mesures restrictives (nombre de clients, temps dans le magasin...) pourront cependant être prises dans les enseignes.

Puis-je aller travailler?

Oui, mais seulement si le télétravail ou d’autres méthodes ne sont pas possibles. Les services essentiels du secteur privé (banque, télécoms...), public (gestion des déchets, de l’eau de consommation...) et des soins doivent être assurés.

Puis-je visiter une personne âgée dans une structure?

La réponse est non, étant donné que ces personnes sont vulnérables. Au cas par cas, des dérogations peuvent être données par les directions des établissements.

Puis-je aller me promener?

Oui, les balades dans la nature ou la course à pied sont possibles, mais en évitant les contacts sociaux et en  n’oubliant pas les gestes barrières . Toutes les aires de jeu pour enfants ont été fermées, et certains parcs aussi. Les sorties en groupe sont par contre interdites.