ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Fin des remises samedi

Un bilan mitigé pour les soldes d’été



Les soldes semblent aujourd’hui concurrencés par de nombreuses actions promotionnelles ponctuelles, qui ont lieu toute l’année. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Les soldes semblent aujourd’hui concurrencés par de nombreuses actions promotionnelles ponctuelles, qui ont lieu toute l’année. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Les soldes d’été se terminent ce samedi après quatre semaines de remises au Luxembourg. L’opération semble avoir attiré un peu moins d’amateurs de bonnes affaires par endroits. Explications.

Ce samedi 24 juillet marque le dernier jour des soldes d’été au Luxembourg, après quatre semaines de ristournes. «C’est un bilan très mitigé», confie Eric Santeramo, patron de Feel Good Group Capital, une entreprise qui regroupe 23 boutiques principalement axées sur le prêt-à-porter.

«Le fait de débuter les soldes un petit peu avant les pays limitrophes nous a permis de bien démarrer, mais ensuite, le passage a diminué, malgré que les remises aient augmenté», analyse le commerçant.

Du côté de la Fédération de la mode (Femo), le discours est moins pessimiste: «Le bilan des soldes d’été est positif. Nous constatons une légère augmentation par rapport à 2020 , mais nous ne sommes pas encore au niveau de 2019», relaie son président Marc Muller.

Ce dernier dirige une enseigne de maroquinerie, un secteur qui reste affecté par le ralentissement du tourisme. Mais un autre facteur a impacté les ventes: la météo de ces dernières semaines, qui a conduit à des inondations mi-juillet .

«Notre boutique à Ettelbruck a été touchée par ce phénomène climatique. Toute l’installation, âgée de seulement trois ans, ainsi que beaucoup de marchandises ont été détruites», confie Marc Muller.

Une soif de nouveautés

À Luxembourg, la Ville Haute n’a pas été touchée par les inondations, mais force est de constater que les conditions climatiques ont plutôt invité les acheteurs impulsifs à opter pour un gilet plutôt qu’un t-shirt. «Ce que j’entends, c’est que la clientèle veut de la nouveauté, et de plus en plus vite», observe Eric Santeramo.

Le commerçant tente donc de s’adapter en proposant les pièces des nouvelles collections. «Mais cela implique qu’il y ait du stock», prévient-il. Lui qui exploite des boutiques situées aussi bien en centres commerciaux couverts qu’au centre de la capitale, il constate un regain d’intérêt pour la ville.

«Je pense que beaucoup de frontaliers ont pris l’habitude de venir en centre-ville le samedi», avance le commerçant qui, comme ses confrères, a observé une recrudescence du passage depuis l’automne dernier . Il faut dire qu’outre l’allègement des restrictions sanitaires, Luxembourg-ville profite désormais du passage du tram . On en oublierait presque la fermeture de l’une de ses locomotives, l’enseigne Zara .

«Nous avons eu peur du départ de Zara, mais jusqu’à présent, mon constat est plutôt positif, car j’observe un petit peu plus de passage dans mes boutiques», ajoute le commerçant.

J’ai l’impression qu’aujourd’hui, les soldes, ce n’est plus vraiment l’événement.

Eric Santeramo,  directeur de Feel Good Group Capital

Le prochain grand rendez-vous d’envergure est fixé le dimanche 29 août, pour l’ouverture dominicale des commerces à la veille de la Braderie de Luxembourg. Les commerçants prépareront ensuite le Mantelsonndeg le 24 octobre, puis le Black Friday fin novembre.

Ces opérations illustrent bien que les offres promotionnelles ne se limitent plus aux soldes. «J’ai l’impression qu’aujourd’hui, les soldes, ce n’est plus vraiment l’événement», conclut Eric Santeramo.