PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

Bruno Colmant, CEO – Degroof Petercam

«Trump est encore là pour le moment»



Bruno Colmant, économiste et professeur à l’ULB et à l’UCL, occupe également le poste de CEO de Degroof Petercam. (Photo: Degroof Petercam)

Bruno Colmant, économiste et professeur à l’ULB et à l’UCL, occupe également le poste de CEO de Degroof Petercam. (Photo: Degroof Petercam)

Joe Biden succédera à la Maison-Blanche à l’actuel président en fonction Donald Trump. À quoi faut-il s’attendre pour la suite? Les marchés verront-ils cela d’un bon œil? Réponse en trois questions avec l’économiste et professeur belge Bruno Colmant.

Des certitudes, il y en a. Joe Biden prendra ses fonctions de 46e président des États-Unis d’Amérique en janvier 2021, les relations commerciales et diplomatiques qu’entretient l’Oncle Sam avec les pays tiers devraient changer et le mandat du démocrate devrait être bien différent de celui de son prédécesseur.

À l’inverse, il subsiste encore un certain nombre d’inconnues. À commencer par l’avenir – qu’il soit politique, économique ou financier – du pays, notamment jusqu’au 20 janvier, date à laquelle prendra fin le mandat de Donald Trump. Bruno Colmant, économiste et professeur à l’ULB (Bruxelles) et l’UCL (Louvain-la-Neuve) – qui occupe également le poste de CEO de la banque Degroof Petercam –, résume, en trois points, la situation.

Les urnes ont rendu leur verdict aux États-Unis. À quoi peut-on s’attendre pour la suite?

Bruno Colmant. – «Je dois avant tout dire que je suis un peu surpris de l’attitude de Trump. Je pense que l’on peut encore s’attendre à des surprises, qu’elles soient positives ou négatives, d’ici janvier. Joe Biden a affirmé qu’il voulait restaurer un multilatéralisme, mais Trump est encore là pour le moment. Cependant, outre les surprises, je pense que la situation globale risque de rester compliquée pour le moment.

De quoi inquiéter les marchés?

«J’en suis moins sûr. Les banques centrales apportent de la stabilité, en matière de liquidité notamment. Tant que les marchés auront cette perception-là, de banques centrales qui tiennent, et que les marchés verront que les liquidités continuent d’arriver, il n’y aura pas d’inquiétude majeure à avoir, d’après moi.

En prévision de crises, ou lorsque celles-ci se concrétisent, on peut voir des réactions sur certaines matières, comme l’or, qui monte généralement. Là, ça ne monte pas, il n’y a pas encore de signal d’alerte.

Le fait que Joe Biden souhaite revoir la position des États-Unis en matière d’accords et de libre-échange va-t-il rassurer les marchés?

«Joe Biden a effectivement annoncé qu’il allait revoir ses positions concernant les accords de libre-échange, à l’Otan, l’OMC et l’OMS notamment. On revient vers une notion de collaboration et c’est très rassurant. Pour le moment, en termes d’activité sur les marchés, je pense que ceux-ci n’ont pas donné leur pleine puissance et attendent encore de voir ce que Trump va faire jusque janvier.»