POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

conseil de gouvernement

Un plan de sortie de crise présenté aujourd’hui



Sous des conditions strictes, les ouvriers pourraient retourner sur les chantiers la semaine prochaine. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne/archives)

Sous des conditions strictes, les ouvriers pourraient retourner sur les chantiers la semaine prochaine. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne/archives)

Un nouveau conseil de gouvernement aura lieu ce mercredi, qui examinera notamment un plan de sortie de crise. La décision devrait être prise d’autoriser la reprise du travail sur les chantiers de construction dès la semaine prochaine.

Le conseil de gouvernement se penchera ce mercredi su un plan de sortie de crise, qui sera ensuite présenté au Bureau de la Chambre puis à la presse. Ce serait là une première étape d’une reprise très attendue de l'activité économique.

Plusieurs scénarios sont possibles. C’est une étude du cabinet McKinsey commandée par le ministère de l’Économie qui aidera notamment aux prises de décision, évoque pour sa part RTL. «La Direction de la santé aura aussi son mot à dire, évidemment. La santé reste une priorité absolue», confie à Paperjam un proche des membres du gouvernement.

Initialement «ce sujet ne devait d’abord pas être à l’ordre du jour du conseil de gouvernement», poursuit-il. «Finalement, ce sera bien le cas.» Pourquoi? D’une part car la pression grandit pour relancer l’activité, tout en laissant évidemment la priorité à la santé. Ensuite car, dans les pays voisins, une relance à date rapprochée est attendue (comme en Allemagne) ou même une date fixée sous conditions pour un début de déconfinement (comme  en France ). «Le Luxembourg regarde ce qui se passe chez ses voisins. Et d’une manière ou d’une autre, cela joue aussi sur nos décisions», poursuit un autre interlocuteur.

A bonne source, Paperjam a appris que le secteur de la construction serait le premier à reprendre ses activités  dès la semaine prochaine .  D’autres restrictions d'activité professionnelle pourraient être assouplies aussi à brève ou moyenne échéance, relatent de leur côté nos confrères de la radio 100,7.

Sous des conditions sanitaires strictes

Évidemment, ce redémarrage de l’activité se fera «sous des conditions sans doute jamais vues: port de masque, de gants, des consignes strictes...»

Et sera évidemment aussi soumis à l’évolution de la crise sanitaire. «Si la courbe des hospitalisations venait à repartir à la hausse, on prendrait de nouvelles restrictions. C’est la Direction de la santé qui gardera la main», nous dit-on. 

La stratégie générale sera de relancer  l’activité secteur par secteur. «Cela devrait prendre un certain temps, sous la forme d’un ‘stop and go’. Pour que tout redémarre, il faut aussi que les crèches ouvrent à nouveau pour accueillir les enfants de ceux et celles qui travaillent,  par exemple. Tout ou presque est lié, et c’est donc assez compliqué de trouver la bonne formule. En fait, jamais nous n’avons connu une telle situation.»

Quand une reprise totale pourrait-elle avoir lieu? Certains évoquent le 4 mai, date officielle à laquelle les élèves devraient retourner dans les écoles. Mais RTL croit savoir que ce délai pourrait être prolongé d’une semaine.

Certitude: la sortie de crise sera progressive, la relance économique aussi. Le gouvernement en est conscient. Dès lors, pendant son conseil de ce mercredi, il devrait aussi évoquer les possibilités de légiférer en urgence, même quand  l’état de crise, qui lui offre une certaine latitude, ne sera plus de rigueur .