ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Sécurité sanitaire

Les salariés de l’usine Ferrero rassurés



Les syndicats belges et la direction de l’usine ont trouvé un accord permettant à l’ensemble du personnel de garder une rémunération pleine jusqu’au 8 mai. (Photo: Nicolas Léonard/Paperjam)

Les syndicats belges et la direction de l’usine ont trouvé un accord permettant à l’ensemble du personnel de garder une rémunération pleine jusqu’au 8 mai. (Photo: Nicolas Léonard/Paperjam)

Les syndicats belges et la direction de l’usine Ferrero à Arlon ont trouvé un accord permettant aux salariés de garder leur rémunération pleine malgré la fermeture imposée du site.

Suite à la découverte de cas de salmonelloses dans des produits Ferrero de la gamme Kinder , l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a ordonné l’arrêt du site de production du chocolatier situé à Arlon pour une durée, pour le moment, de deux semaines.

Avec un peu plus de 700 salariés, l’usine est le plus gros employeur de la province de Luxembourg. Si la décision de l’Afsca a inquiété les salariés craignant de se retrouver au chômage temporaire, les syndicats belges et la direction de l’usine ont trouvé un accord permettant à l’ensemble du personnel de garder une rémunération pleine jusqu’au 8 mai. Date où devrait reprendre la production.

Comme l’expliquent nos confrères de L’Echo, les syndicats et la direction ont signé une convention dans ce sens, évitant ainsi le recours au chômage temporaire. La direction a également confirmé les deux investissements en cours, à savoir une nouvelle ligne de production pour les chocolats Raffaello et un nouvel entrepôt. Une nouvelle qui a rassuré les syndicats quant à l’avenir du site après ce scandale sanitaire.

À noter qu’il était prévu de longue date que l’usine soit à l’arrêt pendant cinq jours pour des travaux de nettoyage et de maintenance.

Depuis le 21 décembre 2021, date de la découverte d’un premier cas d’infection à la salmonelle au Royaume-Uni, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ont fait état de 150 cas confirmés et probables d’infection à cette bactérie. Dans le détail, 131 cas confirmés et 19 probables, contre 125 annoncés précédemment. Au Luxembourg, un seul cas a été recensé.