POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Frontaliers

Accord fiscal «télétravail» prolongé avec la France 



Les frontaliers français peuvent prolonger le télétravail jusqu’au 31 décembre 2020. (Photo: Etienne Delorme/archives)

Les frontaliers français peuvent prolonger le télétravail jusqu’au 31 décembre 2020. (Photo: Etienne Delorme/archives)

La France accepte à son tour de lâcher la bride aux travailleurs frontaliers français au Luxembourg. Jusqu’au 31 décembre, ils ne devront plus prouver leur présence aux autorités fiscales de leur pays.

Comme les Belges , les travailleurs frontaliers français sont garantis de pouvoir télétravailler sans limite de jours prestés jusqu’au 31 décembre 2020.

Ce 24 août, le ministère des Finances a reçu la confirmation officielle du ministère des Finances français que l’accord bilatéral en matière de fiscalité concernant le télétravail dans le contexte de la lutte contre la propagation du Covid-19 restera en vigueur jusqu’au 31 décembre 2020.

En principe, les travailleurs venus de France ont droit à un quota de 29 jours qui peuvent être prestés hors du Luxembourg. Mais la crise actuelle nécessite d’assouplir ces mesures.

Désormais, les trois pays frontaliers bénéficient des mêmes mesures, l’accord avec l’Allemagne se prolongeant chaque mois, jusqu’à ce que l’un de nos deux États renonce à l’accord.

Dans un communiqué, Pierre Gramegna , ministre des Finances, tient à remercier le gouvernement français et particulièrement le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, «pour l’excellente collaboration».