POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

D’autres patients en attente

Regain d’activité post-Covid-19 dans les hôpitaux



Alors que lundi soir, il ne restait que 12 personnes en soins normaux et une en soins intensifs, les patients hors Covid-19 reprennent le cours de leurs traitements ou opérations. (Photo: Shutterstock)

Alors que lundi soir, il ne restait que 12 personnes en soins normaux et une en soins intensifs, les patients hors Covid-19 reprennent le cours de leurs traitements ou opérations. (Photo: Shutterstock)

La ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP), et le directeur général de Doctena, Patrick Kersten, ont donné chacun de leur côté de premiers éléments sur la reprise des activités «habituelles» des professionnels de santé.

«Le confinement a été rude pour le corps médical.» Selon l’analyse de Doctena, le premier site de réservation de consultation médicale en ligne, les rendez-vous ont baissé de plus de 66% entre février et avril, au Luxembourg, avant d’être multipliés par 2,5 depuis la fin du confinement.

«La forte hausse concerne majoritairement les spécialités qui nécessitent une prise en charge manuelle qui ne pouvait se faire par vidéoconsultation», écrit le directeur général de cette solution technologique, Patrick Kersten . «Doctena identifie notamment une hausse des rendez-vous pour les kinésithérapeutes, ostéopathes et chiropraticiens de plus de 245% par rapport au mois précédent, de plus de 230% pour les ophtalmologues, et près de 605% pour les dentistes! D’autres spécialités comme la dermatologie, la cardiologie, la médecine esthétique et la nutrition connaissent aussi une large amélioration de leur nombre de rendez-vous sur la plate-forme (en moyenne +200%).»

Une chute de 30% des patients pris en charge

Interrogée par deux députés, Carole Hartmann et Gusty Graas , la ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP), explique que la situation est un peu plus compliquée à appréhender.

«Selon les données fournies par la Caisse nationale de santé, les quatre hôpitaux de pointe du pays ont traité, en janvier et février, respectivement 8.232 et 7.869 patients. En mars, avril et mai, on note respectivement 6.390, 4.490 et 5.652 patients traités», explique la ministre, qui dit aussi que ce chiffre va encore évoluer. «Globalement, cela correspond à une chute de 30% environ en moyenne du nombre de patients pris en charge pendant le confinement.»

«Grâce à la contribution et à l’implication de tous les acteurs, les hôpitaux et leur personnel ont réussi à prioriser les soins et à assurer une prise en charge de qualité aux patients infectés par le SARS-CoV-2 tout en prodiguant les soins nécessaires urgents (chirurgicaux ou médicaux) à la population dont l’état le nécessitait. Environ un tiers des lits de soins normaux ont été occupés par des patients non atteints du Covid-19 au pic de l’épidémie, avec une augmentation très progressive début mai. L’activité des hôpitaux durant la période épidémique a été nettement ralentie. Ainsi, par exemple au CHL, sur l’ensemble des trois sites, l’activité stationnaire a chuté de 30% avec une diminution de 60% de l’activité en hôpital de jour et de 43% en ambulatoire (en mars-avril 2020, comparé à janvier 2020). Cependant, les disparités entre les services étaient fortes, les activités non urgentes ayant été reportées.»

«Pour les services de soins intensifs, il y a eu entre 10 et 15 patients par établissement aigu au pic de l’épidémie, mi-avril», avance Mme Lenert. «Cela représente environ 45% des capacités totales de soins de réanimation habituelles (lits équipés de respirateurs) qui ont été occupées par des patients Covid-19. Pour les soins normaux, ce sont de 15 à 18% des lits de soins normaux qui ont été occupés par des patients Covid-19 au pic de l’épidémie.»

Des structures sanctuarisées

La ministre explique aussi que certaines structures n’ont pas accueilli de patients atteints du Covid-19. «Des sites hospitaliers ont aussi été sanctuarisés et aucun cas Covid-19 n’y a été pris en charge. Il s’agit des établissements d’Eich, la Zithaklinik, Niederkorn (HPMA), Sainte Marie (CSM) et Wiltz. Certains services de rééducation gériatrique ont eu une activité proche, voire supérieure à celle d’avant la crise. Par exemple, le service de rééducation gériatrique du site de Wiltz des hôpitaux du Nord a présenté un taux d’occupation à 95% durant l’épidémie, lié sans doute en partie à la réduction des nouvelles installations dans les maisons de soins pour éviter d’y importer le virus.»

Pour celle qui s’est retrouvée en première ligne pendant la crise, «la reprise d’activité est actuellement en cours, mais elle n’a pas encore retrouvé son niveau d’avant crise».