PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Résultats 2019

Quintet assume une perte de 43 millions d’euros



Quintet Private Bank a fait des investissements lourds, dont celui d’un changement de nom pour effacer l’ancien KBL. (Photo: Quintet)

Quintet Private Bank a fait des investissements lourds, dont celui d’un changement de nom pour effacer l’ancien KBL. (Photo: Quintet)

Quintet Private Bank a enregistré une importante perte nette sur l’exercice 2019. Une situation que Nicholas Harvey, group CFO, estime sous contrôle. Elle est liée à la stratégie d’investissement du groupe pour préparer l’avenir.

Pour l’ensemble de l’année 2019, Quintet Private Bank a enregistré une perte nette de 43,7 millions d’euros. En 2018, déjà, le bénéfice s’était fortement effrité, passant de 35,2 millions à 0,8 million. Faut-il s’en inquiéter? «Non, pas du tout, la stratégie du groupe est très claire et basée sur le développement selon différents axes», explique à Paperjam Nicholas Harvey, group chief financial officer de la banque luxembourgeoise.

Comme l’an dernier, le groupe met en avant des coûts importants liés «en grande majorité» à sa stratégie de croissance. Pour le dernier exercice, ils atteignent 470,5 millions d’euros, contre 433,6 millions un an plus tôt.

De la Suisse à la Scandinavie

«En 2019, nous avons à la fois investi dans le développement international, dans le développement de l’offre et dans le renouvellement de la marque avec la transformation de KBL epb en Quintet Private Bank », résume le patron des finances du groupe. «Il s’agit de dépenses très importantes, qui pèsent sur les résultats du groupe, mais qui ont été réalisées avec le plein soutien de l’actionnaire.»

Ces actionnaires, dont le groupe qatari Precision Capital, largement majoritaire, ont en effet injecté 110 millions d’euros d’argent frais au cours des six derniers mois pour permettre à la banque de réaliser ses ambitions.

Celles-ci sont passées par la Suisse , avec l’ouverture d’une nouvelle filiale début mai 2020, suite au rachat de Bank am Bellevue, et par la Grande-Bretagne, après l’acquisition du gestionnaire de patrimoine NW Brown à Cambridge , en juin 2019. Et cette année, elle ouvrira encore une succursale au Danemark pour attaquer les marchés d’Europe du Nord.

«La configuration du groupe ne devrait désormais plus trop changer», commente le group CFO. «Nous avons la volonté de servir des marchés en croissance comme l’Asie, le Moyen-Orient ou l’Amérique latine, mais cela ne requiert pas toujours d’établir une entité sur place.»

Nous connaissons clairement une accélération de la dynamique commerciale.
Nicholas Harvey

Nicholas Harvey,  group CFO,  Quintet Private Bank

En attendant, l’actionnaire ne semble pas s’inquiéter de cette perte annuelle et n’a pas fixé d’échéance au management pour un retour rapide à la rentabilité. «Mais nous connaissons clairement une accélération de la dynamique commerciale», pointe Nicholas Harvey.

En 2019, le total des dépôts de la clientèle atteint 81,5 milliards d’euros, une augmentation de plus de 10% par rapport à 2018 (72,6 milliards). «Le premier trimestre 2020 a aussi été très bon, malgré le contexte actuel, et avril a également donné de bons résultats au niveau des activités de gestion et de crédit.»

La crise ne sera évidemment pas sans conséquence. Certains revenus sont impactés par la forte chute des marchés financiers en mars, «mais la dynamique commerciale reste bonne», note M. Harvey. «En cas de crise, les banques privées, qui n’ont pas d’activité de crédit aux entreprises, sont aussi les plus résilientes.»